...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (celared) it was always you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Kusum
messages : 76 depuis le : 26/12/2016

âge : 20 années
métier : étudiante en arts
statut & orientation : fraichement célibataire, hétérosexuelle


MessageSujet: (celared) it was always you   Mar 10 Jan - 1:33



it was always you
Céleste Pyke& Jared Coulson

Une fois de plus j’étais réveillée au milieu de la nuit par ces rêves incessants. Depuis que j’avais commencé à en avoir on dirait que ça ne voulait plus s’arrêter. Et Ils étaient tous très gênants et embarrassants. Je n’étais pas prude, je sais ce qu’est l’amour, et ce que ça fait quand deux personnes couchent ensemble même si je ne l’avais encore jamais fait du haut de mes vingt ans. Ce n’était pas ça en soit qui était choquant ou déroutant. C’était … le sentiment qui s’en dégageait. Et je ne savais pas à qui en parler. C’était idiot, on me prendrait pour une folle. Jolène, ma meilleure amie qui était beaucoup plus mature que moi à ce sujet là me rirait au nez et voudrait même être à ma place j’en suis sûre. Elle me dirait que j’aurais beaucoup à en apprendre et qu’au contente je devais être contente. Pour sur qu’elle me ferait regarder des films pornos pour savoir quel genre de rêve je faisais, et me demanderait beaucoup de détails. Et ce n’était pas tant l’acte en lui même qui me déroutait. C’était le fait que ça soit moi, toujours moi, et encore moi. Et que ça soit toujours lui. Ses yeux bleu océan étaient comme gravés dans mon subconscient et c’était la partie la plus gênante de l’histoire. Est ce que c’était vrai? Est ce que je fantasmais sur celui que tout le monde en ville appelait « le grincheux » ? C’était étrange et pas déplaisant, mais … c’était son regard. Ses yeux bleu qui restaient fixés sur moi, comme … comme s’il m’observait. Et je remarquais que dans chacun de mes rêves autres, il y avait dans le fond, dans l’arrière plan, ce personnage tel un homme dans l’ombre qui me surveillait. Ca pourrait sembler flippant, mais en fait non, c’est pas comme ça que je le ressentait, au contraire. J’avais l’impression de justement être plus puissante.

Et ça a commencé aussi à la boulangerie. Alors que je commandais le croissant habituel pour mon gouter, j’ai senti une présence dans mon dos. Comme si un regard était posé sur moi et quand je me suis retournée il n’y avait pourtant personne. Mais j’avais l’impression quand même que c’était pas anodin. Est ce que je devenais folle. C’était possible après tout. La bande de pote de Thomas en tout cas n’est pas revenue me voir, mais Thomas si. Il s’excusait pour le comportement de ses copains mais je lui avais dit qu’il n’avait qu’à aller se faire voir lui et ses abrutis de dégénérés. Je me sentais comme investie d’une plus grande confiance en moi. Est ce que c’était lié aux rêves. Je n’en savais rien du tout. C’est alors qu’en surfant sur internet je remarquais une photos de broderie, je cherchais une idée de cadeau pour ma grand mère. Et immédiatement je reconnus les draps. Un détail de mes rêves érotiques incessants où Jared Coulson et moi nous adonnions à une passion ardente. Surprise, je restais devant la photo ne sachant pas trop quoi en penser. Une impression de déjà-vu probablement finis-je par me dire. C’était trop irréel puisque ces draps dataient du seizième siècle et étaient probablement dans un musée à présent.

Et puis il y eut ce changement brutal. Cette nuit. Une nuit froide, le vent soufflait dehors, mais j’étais bien au chaud sous ma couette. Une fois de plus tout commençait par son regard, ses yeux. Ses deux yeux bleu captivants et scintillants. Mais alors que mon regard dans le rêve s’éloignait de lui, je remarquais qu’il était étendu dans une flaque de sang. Du sang frais. Qu’il ne bougeait plus qu’il … ne respirait plus. Etendu dans la boue. Jared. « Nooooon! » mon cri trancha dans le noir de la nuit et accompagnait à merveille le vent dans les arbres. En sueur et apeurée, je passais une veste polaire, mis des baskets et descendais par la fenêtre de ma chambre. C’était pas possible. Un déclic, un instinct me guidait de voir s’il était toujours là toujours en vie. S’il … Je savais où il habitait, tout le monde le savait, le chemin était un peu long, mais je m’en fichais, les bras serrés autour de moi je marchais dans la semi-obscurité avec mon téléphone en guise de lampe torche. Pourquoi je m’inquiétais? Parce que tous les rêves que j’avais fait avant avaient été des rêves ou il était bel et bien vivant. Et que j’étais de celles qui croyaient aux prophéties, aux rêves prémonitoires. Alors, quitte à me tromper, je préférais aller vérifier qu’il était bien toujours en vie dans son ranch à l’autre bout de la ville. « Jareeed! » hurlais-je en arrivant devant la pancarte. J’escaladais la barrière fermée et allais jusqu’à la porte alors que la pluie commençait à tomber. « Jared, ouvre moi s’il te plait! » hurlais-je à plein poumon pleine d’espoir qu’il m’ouvre et que mes craintes s’envolent en le voyant. Je commençais même à tambouriner des poings à la porte en bois, il faisait nuit, je ne savais même pas l’heure qu’il pouvait être et je n’avais même pas pris le temps de regarder. J’allais appeler la police quand la porte s’ouvrit.
codé par kusumitagraph'



in plain sight
in the shadows
A WOMAN
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 63 depuis le : 25/12/2016

âge : 37 ans
métier : Parachutiste de feu
statut & orientation : celibataire - hétéro


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Mar 10 Jan - 9:43

Il ne dormait que très peu, 4 heures par jour et encore… il n’avait pas besoin de grand chose. Mais cette nuit-là il dormait à point fermé quand on venait frapper chez lui. Il grognait. Il n’aimait pas être dérangé. Personne venait ici. Qu’est-ce qu’il y avait ? Du feu ? Du feu au village ? Il ne pouvait que s’imaginer cette raison-là pour venir à une telle heure frapper chez lui. Néanmoins, il prit son fusil et descendit les marches, torse nu. Il comptait crier sur la personne qui osait le déranger à cette heure-ci, mais fut figé sur place en voyant de qui il s’agissait. La porte s’ouvre et il observa la jeune femme, cheveux détachées, la pluie qui tombe et son regard en fuite. Qu’est-ce qui se passait ? Ses baskets étaient trempés et remplit de boue. Était-elle venue à pied ? Dans ce temps ? A cette heure ? Quelque chose n’était pas juste. Jared ouvrit plus grandement la porte afin qu’elle puisse rentrer. Il ne disait rien. Il n’avait pas pour habitude de laisser les gens rentrer chez lui. C’était son territoire et il aimait bien la solitude. Mais la laisser dehors, ELLE ? Non pas possible. « Céleste… Qu’est-ce qui ne vas pas ? » Vu son regard, vu son comportement, Jared prévoyait déjà le pire. Il referma la porte derrière elle, alluma la petite lampe sur la table à côté du fauteuil afin qu’elle puisse mieux voir. Lui il connaissait cette ferme par cœur donc il n’avait pas besoin d’avoir beaucoup de luminosité. « Pardonne-moi. J’ai acheté cette vieille ferme en ruine pour un bout de pain, et je commence à peine à avoir le temps de la retaper. » Oui, un jour cette ferme retrouver son ancienne gloire… mais pour le moment il y avait encore des travaux trop important à faire pour pouvoir dire que c’était joli chez lui. Mais retaper cette maison, lui fit penser à avant… Quand il avait réussi à la persuader de s’échapper avec lui… ils avaient retrouvés cette petite maison, bien loin de tout et il l’avait retapé…Quelque part l’histoire se répète…. Mais sans elle à ses côtés. Sans dire un mot de plus, il prit une couverture et l’enveloppa dedans. « T’es cinglé de venir ici à une telle heure et dans un tel temps. Tu risques de faire une pneumonie. » Et il ne pourrait pas survivre sans elle. Mais ça il n’ajoutait pas.

Ce ne fut qu’alors qu’il se rendait compte qu’il était torse nu. Il grognait quelque chose du genre qu’il revenait et qu’elle pouvait faire comme chez elle, avant de monter l’escalier deux marches à la fois. D’attraper le premier t-shirt qu’il trouvait, de l’enfiler et de redescendre. Elle ne devrait pas être ici… C’était pas bien. « Tes parents savent que tu es là… » Au fond, il redoutait qu’elle lui pose des questions. Y avait qu’une seule raison pourquoi elle pouvait être assise dans son fauteuil à une telle heure… et ce n’était pas spécialement bon signe. Elle devait être hanté par des visions, des rêves… « Tu veux boire quelque chose ? Chocolat chaud ? Whisky ? » Parfois une petite goutte de whisky pouvait faire des miracles… surtout quand on ne comprend pas nos propres pensées ou rêves.



Always
 What hurts the most was being so close, knowing what could've been. But not able to reach it. Though I'll always love you, in each and every life.
Revenir en haut Aller en bas


Kusum
messages : 76 depuis le : 26/12/2016

âge : 20 années
métier : étudiante en arts
statut & orientation : fraichement célibataire, hétérosexuelle


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Sam 14 Jan - 0:36



it was always you
Céleste Pyke& Jared Coulson

J’étais dans un état de nerfs très proche de la crise, oui très très bientôt j’allais m’évanouir ou quelque chose comme ça. Je ne comprenais pas, je ne réfléchissais pas non plus. J’avais qu’une seule crainte, qu’il soit mort. Comment et pourquoi? A cause d’un stupide rêve. Un idiot rêve mais je ne pouvais pas m’empêcher de vouloir savoir si c’était vrai. Jared était un personnage étrange, et pourtant, je me sentais comme étrangement attachée à lui. Attirée par lui. Et puis il y avait ces rêves dérangeants avec lui, et le fait que je me demande pourquoi je les fait, ce qu’ils veulent dire. Je ne comprends pas, je ne sais pas si je veux comprendre. Pour le moment, une seule chose compte, qu’il soit en vie. Une douleur vive m’a étreinte quand j’e l’ai vu mort dans ce rêve qui me paraissait trop vrai pour n’être qu’un rêve. Ou plutôt cauchemar. C’était con. Et je ne croyais que ce que je voyais. Je tambourinais donc à sa porte. Il devait répondre, il devait ouvrir la porte et me montrer qu’il était vivant qu’il respirait, qu’il avait les yeux ouverts. J’avais un besoin, un besoin viscéral de le savoir. De le constater. Le savoir mort me foutait une peur bleue.

La porte s’ouvrait et il était dans l’encadrement en bois. Je soupirais. Mon coeur manquait un battement mais je ressentait une félicité se répandre dans mon corps et un grand soulagement. Je soupirais lourdement, comme si un énorme poids se levait à présent de mes épaules. J’étais ravie, j’étais … « Céleste… Qu’est-ce qui ne vas pas ? » j’étais … comme une conne face à lui. Comment lui dire. Comment lui dire ce que j’avais vu, pourquoi j’étais là. Moi même je ne le savais pas. Moi même je ne comprenais pas. Je me mis à rougir immédiatement. heureusement pour moi, la pénombre couvrait mon teint de tomate bien mure. J’entrais, et sentait seulement maintenant que j’étais complètement trempée. Je n’avais pas froid cependant. C’était bizarre. « Je … » essayais-je de dire, mais les mots ne venaient pas. Je devais dire quoi? Que je l’avais vu mort, que j’avais eu peur, que ça m’avait filé la pire frousse de ma vie. Que l’idée de le voir mort m’avait comme paralysée le cerveau. Il allumait la lumière et j’observais un peu la pièce dans laquelle je venais d’entrer. Je ne connaissais pas la maison, je n’étais jamais venue pourtant je me sentais à l’aise ici. « Pardonne-moi. J’ai acheté cette vieille ferme en ruine pour un bout de pain, et je commence à peine à avoir le temps de la retaper. » je souriais un petit peu mais n’osais pas pour autant bouger « Oh … » je ne voulais pas le déranger. Et visiblement, je l’avais dérangé. Il était torse nu. On était au milieu de la nuit, et … il devait dormir. De nouveau je me sentais gênée. Même si je me rendais compte que les rêves érotiques que j’avais eu à son sujet, étaient très réalistes puisque … j’avais l’impression de connaitre son corps par coeur déjà. Je me mordais la lèvre pour me calmer un peu. « T’es cinglé de venir ici à une telle heure et dans un tel temps. Tu risques de faire une pneumonie. » je baissais les yeux, terriblement gênée. « Je … » je déglutissais difficilement. En effet le temps était horrible dehors, et je sentais à présent l’eau infiltrée dans mes chaussures, et qui dégoulinait de mes cheveux détachés. La sensation de son toucher me procura un petit sursaut. C’était perturbant, les images me revenaient. « Merci Jared » dis-je terriblement mal en m’enveloppant un peu plus dans la couverture.

Alors qu’il sortit précipitamment de la pièce, je tentais de me calmer. L’idée de l’avoir vu à moitié nu me paraissait irréel, surtout que … j’avais l’impression de déjà connaitre son corps sur le bout des doigts. Et rien que l’idée me faisait rougir. Moi la prude et vierge jeune femme. Une petite boule de stress se forma dans ma gorge alors que j’observais autour de moi. La pièce était plutôt grande mais encore dans un aspect rustique. C’était pourtant plein de charme. « Tes parents savent que tu es là… » il me fit sursauter car je ne l’avais pas entendu revenir dans la pièce. « Heu, non. Ils pensent que je dors à poing fermé dans mon lit » dis-je et c’était probablement le cas. Pourquoi j’étais encore là? J’avais besoin de savoir. J’avais besoin … mais je ne le savais pas. Je ne savais pas comment formuler les phrases. Comment dire « oh au fait c’est normal que j’aie des rêves érotiques avec toi? » il allait me rire au nez. Se moquer de moi, comme les autres. « Je vais juste attendre que ça se calme » dis-je en montrant le temps dehors par la fenêtre « et je vais rentrer, je veux pas t’embêter … » dis-je toute gênée de nouveau, n’osant toujours pas bouger. Comme figée sur place.

« Tu veux boire quelque chose ? Chocolat chaud ? Whisky ? » je le regardais dans la pénombre. Malgré la lumière d’appoint, l’atmosphère était tamisée et plutôt intimiste. Un petit peu déroutant et sans me rappeler des choses. Boire quelque chose. « Pourquoi pas » dis-je me disant que ça allait probablement me détendre un petit peu, peut être trouverais-je alors le courage de parler. « Je … je crois pas vraiement aux rêves prémonitoires … mais je … j’ai rêvé que tu mourrais dans mes bras » dis-je en évitant son regard. Je devais avoir l’air totalement idiote. Et le dire à voix haute me faisait encore plus m’en rendre compte. Il allait me prendre pour une folle, c’était certain! « Je … je sais pas j’ai eu besoin de m’assurer que tu étais bien toujours en vie. » dis-je me mordillant la lèvre inférieure pour me concentrer sur quelque chose de précis autre que le fait qu’il allait vouloir me mettre à l’asile.
codé par kusumitagraph'



in plain sight
in the shadows
A WOMAN
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 63 depuis le : 25/12/2016

âge : 37 ans
métier : Parachutiste de feu
statut & orientation : celibataire - hétéro


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Sam 14 Jan - 12:51

Jared ne comprenait pas ce qu’elle faisait trempé sur le seuil de sa porte. Mais sans trop attendre il la laissait rentrer et lui dépose une couverture sur les épaules. Bien qu’elle devrait sortir de ses vêtements mouillés si elle ne voulait pas tomber malade. Cependant il n’avait pas vraiment d’habits de femme et puis… lui dire d’enlever ses vêtements… Ça sonnait tellement pervers dans sa tête qu’il n’osait rien dire. Il prenait le verre et la bouteille quand tout à coup elle lui parlait de son rêve. Il resta figé pendant quelques minutes. Le verre tombea à terre. « M**** » Il prit un nouveau verre et commencait à ramasser les morceaux. Elle l’avait vu mourir dans ses bras. Il ravalait sa salive. Il se souvenait que trop bien de ce moment-là. De la douleur.. mais cette douleur n’était rien comparé au désespoir qu’il ressentait. Son corps le lâchait et il ne pouvait rien y faire. Il ne pouvait pas rester près d’elle. C’était ce savoir qui était le pire. « Je… » Je quoi, Jared ? Je m’en souviens. Rah non il ne pouvait pas lui dire ça. Pourquoi de tous les souvenirs fallait-il qu’elle se souvienne de ça. Il ne disait rien, il se reprit, lui sert son verre et le lui tend. Il ne savait pas quoi lui dire. Rien dire ? Prétendre que ce n’est qu’un stupide rêve ? Oui, il pouvait faire ça et puis quoi… Quand elle aura un autre rêve… Et qu’elle finira par se dire qu’elle devient folle ? Il soupire. Il ne voulait pas qu’elle passe par tout ça. Mais dire la vérité ? Deuxième soupire. « Céléste… il faut que je te dise quelque chose… » Ah non, il ne pouvait pas… C’était lui qui avait besoin d’un verre ! Il allait s’en servir un et le vidait d’un seul trait avant de s’asseoir en face d’elle. Il l’observait. Il n’arrivait pas à lui dire ; Toutes ces phrases dans sa tête semblaient tellement incohérentes, et elle n’allait jamais le croire. « Pourquoi est-ce que tu es venu ici ? Tu ne me connais à peine ? » Oui, il avait bien comprit elle avait pris peur, peur que son rêve soit réalité, mais est-ce que c’était une raison de venir à cette heure-ci frappé à la porte d’un inconnu ?

« Tu devrais peut-être te changer… en attendant que tes vêtements sèchent… » Il n’avait pas envie de la savoir à l’hôpital avec une pneumonie. Surtout pas à cause de sa mort. Il aurait souhaité qu’elle ne se souvienne pas de cela. Ce n’était pas le souvenir le plus heureux. Il se lève. « Viens, je vais te montrer la salle de bain… je vais te donne une chemise à moi en attendant que tes vêtements sèchent et je te reconduis après chez toi. » Hors de question qu’elle reste plus longtemps que nécessaire chez lui. Si il avait suffit d’un café pour qu’elle se souvienne de sa mort, il ne souhaitait pas savoir tout ce qui risquait de revenir si elle trainait trop avec lui. Elle était innocente… et même si son amour pour elle était plus fort que tout… il n’avait pas envie de la changer en quelque chose de moins bien… Suffit qu’il touche une fleur pour qu’elle se noircit et il ne voulait pas faire ca avec elle. Il lui ouvrit la porte de la salle de bain, lui apportait plusieurs habits à lui. « Je t’attend en bas. Si tu as besoin, tu n’as qu’à crier. » Et lui fallait qu’il réfléchisse.

Il descendit l’escalier et allait se poster près de la vieille cheminée, complétement hors service, faudrait qu’il la répare un de ces jours… Sa main sur son front il ferma les yeux. C’était de trop. Déjà que le café était de trop… mais alors la savoir dans sa salle de bain. P*t*n Jared, reprend-toi ! Tu ne sais pas arriver dans cette salle de bain et la prendre dans tes bras, l’embrasser et… Elle va te prendre pour un psychopathe ! Ca ne fonctionne pas ainsi ! Il soupire. Il devait la chasser, lui dire qu’elle n’avait rien à faire ici, qu’elle devait partir. Oui oui, il allait faire ca, dès qu’elle descend… Et d’ailleurs voilà qu’il l’entend descendre. Cependant la voir, timide dans sa chemise… Et merde… Non Jared. Mais c’était déjà trop tard. Il avait beau être fort, il n’en pouvait plus. Sans plus attendre il s’était approché d’elle, sa main glissait dans sa nuque et ses lèvres se posaient sur les siennes. Tant pis si elle le prend pour un pervers, tant pis… Il n’en pouvait plus… Il n’était pas assez fort pour lutter.


Always
 What hurts the most was being so close, knowing what could've been. But not able to reach it. Though I'll always love you, in each and every life.
Revenir en haut Aller en bas


Kusum
messages : 76 depuis le : 26/12/2016

âge : 20 années
métier : étudiante en arts
statut & orientation : fraichement célibataire, hétérosexuelle


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Dim 15 Jan - 0:04



it was always you
Céleste Pyke& Jared Coulson

Mais qu’est ce que je faisais là, j’étais … je n’étais pas maligne, je m’étais foutue dans une situation pas possible et je ne voyais maintenant plus du tout comment pouvoir m’en sortir. J’allais être obligée de tout lui avouer? Ou comment pouvoir m’en sortir avec une pirouette. Comment faire. Comment faire. Et le voir torse nu en face de moi c’était pas franchement ce qui m’aidait le plus à me concentrer puisque ça me rappelait ces doux songes plutôt équivoques qui me donnaient encore le rose aux joues rien qu’en y repensant. C’était terriblement gênant. Et heureusement qu’il ne pouvait pas lire mes pensées. Ca serait encore plus embarrassant. Et je ne sais pas comment ça pourrait l’être encore plus. Putain, pourquoi est ce que maintenant là, je pouvais tout à fait le visualiser nu. C’était terrible, je me sentais mal et le noeud dans mon estomac se resserrait de plus en plus. Le froid devait aussi commencer à faire son effet et prendre le dessus sur l’adrénaline qui m’avait étreinte jusqu’à présent dans ma folle course pour venir le voir. Ma course … absolument illogique. Cette peur avait été plutôt même une panique de l’imaginer mort. Quelque chose en moi avait été bouleversé à cette idée, et je ne savais pas quoi ou pourquoi. Mais j’étais certaine que je ne m’en serais pas remise. Mes cheveux mouillés me collaient au visage, et je lui avouais la raison de ma présence ici. « M**** » il venait de casser un verre. Je sursautais un peu, j’étais pas sûre de pourquoi, en fait j’étais surtout en train de me demander ce que je faisais ici, c’était tout d’un coup, terriblement déplacé ma présence ici. Une proximité plutôt imprévue. Et … les flash me revenaient, j’avais l’impression de connaitre son coeur par coeur, et mes joues se réchauffaient tellement que j’avais l’impression qu’elles allaient prendre feu à force. Que dire. Que faire. C’était con, c’était qu’un fantasme d’adolescente. De jeune femme plutôt. « Oh ! Tu ne t’es pas fait mal? » demandais-je en me penchant pour l’aider à ramasser le verre. Il semblait des plus désorientés, peut être était il comme moi. Est ce que … est ce qu’il avait eu des flash lui aussi? De moi? Je commençais à sentir que lui aussi était tendu. « Je… » Je décidais de le laisser s’en occuper, je ne voulais pas le mettre mal à l’aise. J’avais l’impression de ne pas être à ma place en fait. J’avais l’impression de le déranger. Que ma présence avait sur lui un effet spécial que je ne comprenais pas vraiment. Est ce que c’était vrai ou est ce que c’était seulement mon imagination. Il soupirait et tout d’un coup je me sentais vraiment de trop. « Céléste… il faut que je te dise quelque chose… » je levais les yeux vers lui, un petit peu paniquée. Est ce qu’il allait me dire que … « Oui? Quoi? » mais il ne répondait pas vraiment, se contentant de se servir un verre et de le vider d’un trait. Je joignais mes mains et jouais un peu avec. Essayer de concentrer mon attention sur autre chose. Triturer mes doigts me permettaient de penser à autre chose. Un peu. « Pourquoi est-ce que tu es venu ici ? Tu ne me connais à peine ? » Ou pas en fait. Je le regardais et m’approchais de lui pour prendre un verre à mon tour et le boire d’un trait également. Comme pour me donner du courage. Je sais pas. « Je sais pas, j’ai eu peur. Je sais pas … » soupirais-je alors que l’alcool me brpulait la gorge seulement maintenant. « Je … » je fis une grimace, peu habituée à l’alcool aussi fort. « On ne se connait pas mais … ça m’a pris au tripes ce rêve. Cette image. Je sais pas c’est … comme si une partie de moi était morte … » dis-je en passant ma main dans mes cheveux mouillés. « Tu dois me prendre pour une folle … » dis-je les yeux perdus, et sentant les larmes arriver. Je me retournais pour retrouver une contenance. C’était étrange de le dire à voix haute.

« Tu devrais peut-être te changer… en attendant que tes vêtements sèchent… » il avait peut être raison mais. L’idée de me retrouver … nue. ou dans un de ses habits me provoquait un petit frisson. Je … bordel. C’est vrai que rester trempée comme ça c’était pas une bonne idée non plus en effet. J’allais sinon sans doute être malade demain. Surtout avec ma chance! « Viens, je vais te montrer la salle de bain… je vais te donne une chemise à moi en attendant que tes vêtements sèchent et je te reconduis après chez toi. » surprise, je le suivais quand il me montrait l’endroit ou je pouvais me changer. Une chemise à lui. Je me sentais idiote. Mais mes hormones commençaient un petit peu à s’enflammes aussi. Dire que j’étais perdue était un énorme euphémisme en ce moment même. J’étais tiraillée entre toutes ces choses. Je hochait de la tête et pris la chemise qu’il me tendait. Elle serait bien trop grande pour moi. « Je t’attend en bas. Si tu as besoin, tu n’as qu’à crier. » je me retournais « D … D’accord. »

Je fermais la porte derrière lui et soupirais. Bon sang que faire. Je me sentais dans un état second. Pourquoi est ce que j’étais comme ça, pourquoi, je ne comprenais pas ce qui se passait. Il y avait cette étrange attraction, ce … ces souvenirs qui semblaient plus vrais que nature. Je … doucement je retirais mes habits que je laissais sur le porte affaires. Prenant une des serviettes de Jared je humais un peu l’odeur et soupirais doucement. Putain, mes hormones commençaient à me jouer des tours. Je pris soin d’essuyer le plus possible mon corps nu et mes cheveux avant de passer la chemise qu’i m’avait prêtée pour la « soirée ».Soupirant je me regardais dans la glace. Je comprenais pourquoi Jolene me disait qu’une femme était toujours séduisante dans les habits d’un homme. je me mordais doucement la lèvre et me dit qu’il était temps de descendre peut être. Je ne savais pas depuis combien de temps il était redescendu en fait. Alors je le faisais. Descendais les marches pieds nus et les sentais grincer et craquer sous mes pas. Un peu gênée je retournais au salon, C’est alors que tout s’enchaina vraiment rapidement. Du moins … je sentais sa main dans ma nuque et puis sa bouche sur la mienne. D’un seul coup, sous son toucher mon corps s’embrasa. Putain, est ce que c’était ça l’amour, être amoureuse. A moins que ça ne soit que le désir. J’en savais rien, c’était tout nouveau. J’avais jamais ressenti de désir ou d’amour encore auparavant. Je fermais les yeux et instinctivement, collais mon corps au sien. C’était étrange, c’était comme vivre ces visions . Pour de vrai. Doucement je levais mes mains pour prendre en coupe son visage et répondais a son baiser timidement d’abord. Peu sûre, et puis, tout à fait novice surtout. Je manquais d’air et dus me forcer à décoller mes lèvres des siennes. « Jared … » soufflais-je les yeux clos. « J’ai tellement honte … » soupirais-je en me mordant la lèvre inférieure. « Excuse moi … » dis-je levant mes yeux innocents sur lui « Je … j’ai fait des rêves de nous … enfin … toi et … » prude tout d’un coup, je baissais les yeux sur mon corps à peine recouvert de tissu. Espérant qu’il comprenne ce que je veux dire. Je me sentais trop nulle. Il allait me prendre pour une idiote. Pour une folle et allait me ramener chez moi illico.
codé par kusumitagraph'



in plain sight
in the shadows
A WOMAN
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 63 depuis le : 25/12/2016

âge : 37 ans
métier : Parachutiste de feu
statut & orientation : celibataire - hétéro


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Dim 15 Jan - 9:50

Quand elle lui demandait si il ne s’était pas fait mal, il grognait. Et oui, son foutu caractère commençait enfin à ressortir. Mais c’était sa façon de se protéger… se protéger d’elle. “Non non ca va…” Il se maudissait et il la maudissait. Pourquoi est-ce que c’était toujours aussi compliqué entre eux ? Il fermait les yeux un bref instant, il devait se reprendre et vite. Sinon il allait enclencher un cercle très vicieux. Il ne voulait pas revivre la même chose, être séparé d’elle à tout jamais. Non il ne pouvait pas revivre ça. Après avoir ramassé les morceaux il se prit un verre de whisky. Ce n’était pas vraiment l’heure… mais ça faisait du bien, et Céléste suivait son exemple. Ah bah bravo Jared ! Tu commences déjà à l’entrainer dans tes mauvaises habitudes ! La prendre pour une folle ? Il sourit doucement. « J’ai vu des femmes avec des idées bien plus pires que les tiennes. » ce ne sont que des rêves… oui, c’était sur le bout de sa langue, mais il ne pouvait tout simplement pas lui mentir. Si elle se prenait déjà pour une folle à ce stade… qu’est-ce qu’elle allait faire si tout lui revenait ? Il eut un pincement au cœur quand elle parlait d’une partie d’elle qui était morte. Non Jared, ne la touche pas. Ne dis rien. Il tourna son regard sur autre chose qu’elle. Il ne pouvait pas, il n’avait pas le droit.  Mais avec ses habits trempés il ne pouvait pas la laisser partir. Et puis faudrait mieux qu’il la dépose chez elle… Il faisait nuit et il ne voulait pas qu’elle tombe sur des gens malintentionnées. Mais d’abord il fallait que ses vêtements sèchent. Il lui montrait la salle d’eau, lui donnait quelques affaires et descendit le plus vite possible.

Il commençait à ne plus se faire confiance. Ce n’était pas uniquement les souvenirs, c’était aussi le présent. Il aimait son âme, sa pureté, son sourire… il aimait Céleste, présent passé…Il aimait cette femme… Gamine… Gamine Jared… ce n’est qu’une gamine de vingt ans ! Il fermait les yeux, posa sa tête contre la fenêtre glaciale. Il était tenté de se servir un autre verre, mais il avait trop peur de ses réactions avec Céleste. Mieux fallait rester lucide. Ce ne fut que lorsqu’il entendit le craquement du vieux escalier qu’il tournait son visage vers l’ouverture. Céléste ne tardait pas à apparaitre et… bon sang elle était magnifique… elle lui rappelait leur nuit de noces. Et là… même si il aurait voulu, il n’aurait pas su s’en empêcher. Trop était de trop. De quelques pas il avait chassé la distance entre eux et il se perdait dans un baiser. Elle ne le repoussait pas, il sentit son corps se réveiller, se coller au sien. Néanmoins elle mit fin au baiser. Mais Jared n’oubliait pas qu’elle y avait répondu tout en se maudissant de ne pas avoir été assez fort… Mais ce n’est qu’un homme après tout… et elle était la tentation en personne. Jared lève les yeux vers le plafond, mais ne bougeait pas. Il avait peur que si il bougeait, il allait refaire une autre connerie. IL ne faisait plus confiance à ses réflexes ni à son corps. Par contre quand elle s’excuse, son regard se pose sur elle. Il venait de l’embrasser et c’est elle qui s’excuse ? Un petit rire s’affiche sur les lèvres de Jared. « Jamais on s’est excusé parce que j’ai embrassé une femme… Généralement elles me remercient ou me frappent… »

Des rêves… encore… il soupire. Il devait lui dire. Il lui prit par la main et la guidait vers le canapé. « Assis-toi… car tu risques de tomber cul à terre avec ce que j’ai à te dire… » Il s’assied en face. Mieux faut garder une distance entre elle et lui… sinon cette chemise n’allait pas tarder à s’évaporer.  « T’as déjà entendu parler de la réincarnation ? » Il fit tourner sa chevalière dans sa main, de nervosité. « Ce ne sont pas des rêves… mais plus des souvenirs d’une ancienne vie… Je… on… s’est connus dans une autre époque… » Il se grattait les cheveux, il était vraiment très mauvais pour donner des tels explications. « Je me suis jeté devant toi, pour te sauver la vie et je me suis prise une balle…. Mon corps est tombé à terre… tu t’es agenouillée et je suis mort quelques minutes plus tard dans tes bras… » Il soupire, oui, il se souvenait de chaque détail. IL lui a fallu le temps mais au fil des années le puzzle s’était enfin terminé.


Always
 What hurts the most was being so close, knowing what could've been. But not able to reach it. Though I'll always love you, in each and every life.
Revenir en haut Aller en bas


Kusum
messages : 76 depuis le : 26/12/2016

âge : 20 années
métier : étudiante en arts
statut & orientation : fraichement célibataire, hétérosexuelle


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Jeu 19 Jan - 0:21



it was always you
Céleste Pyke& Jared Coulson

J’étais dans un endroit que je n’aurai jamais vraiment pensé visiter. Du moins pas jusqu’il y a peu de temps. Et pourtant maintenant que j’étais là, j’étais mal à l’aise. Et je ne savais pas vraiment comment expliquer ni pourquoi j’étais là, ni ce que je faisais là en réalité. Tous les deux … est ce que … non c’était pas possible, il y avait juste … comme un truc entre nous. A moins que ça ne soit que moi qui délire. a moins que ça ne soit que ce que je soupçonne que ça soit depuis le début … un stupide fantasme d’adolescente encore prude. Il représente tout ce qui pourrait me plaire. Il m’a sauvée, il m’a aidée et m’a tout à fait comprise en définitive. Et puis honnêtement il était vraiment beau. C’était donc plutôt normal que je me mette à avoir des pensées comme ça à son égard … peut être. Mais des rêves … des espèces de visions qui semblaient très très réelles. Alors, oui j’étais gênée. Surtout que … j’étais encore vierge, et qu’il le savait … enfin je pensais puisqu’on en avait plus ou moins parlé la fois où il m’avait « sauvée »/ Alors j’essayais de me comporter normalement. Il avait cassé un verre, et il grognait, je ne savais pas si je devais venir l’aider, si je pouvais essayer de faire quelque chose. “Non non ca va…” apparemment non. Je restais donc en retrait. Il n’avait pas l’air très à l’aise. Et moi aussi. Comment faire. J’étais … vraiment perdue, et je ne savais pas comment me comporter, ni quoi faire. Et mes habits me collaient à la peau. Et mes cheveux qui dégoulinaient dans mon dos. Et je lui racontait ce qui s’était passé pourquoi j’étais là et … je me rendais compte que je n’étais pas du tout logique, que … je pouvais même paraitre folle. Je me sentais même moi même folle. Car il n’y avait aucun sens. Pourquoi est ce que j’avais pris ça avec tant de … peur, de … j’avais l’impression que ça avait été réel. Qu’il était réellement mort dans mes bras. Que j’avais senti son sang contre moi, sur mes mains … alors … j’avais eu cet instinct de vérifier que ça n’était pas vrai. Qu’il respirait. Mais ça ne faisait aucun sens … non vraiment aucun. « J’ai vu des femmes avec des idées bien plus pires que les tiennes. » je souriais en coin un peu « Oh ? » dis-je doucement. Il était mignon à me reconforter. Enfin c’était ce qu’il faisait non, me réconforter? Je soupirais un peu et passais ma main dans mes cheveux. Humides.

Après être allée me changer, c’était arrivé très vite. Lui, contre moi et puis ses lèvres bientôt sur les miennes. Et moi qui me prend à l’apprécier. Et pas qu’un peu. A en vouloir plus. Sentir son baiser profond me faisait me sentir vivante, heureuse et comblée. C’était probablement des pensée de vierge, sans nul doute. Puisque je n’avais jamais réellement connu ça. Enfin … si j’avais bien déjà embrassé des gens, mais … c’était pas pareil. Quand je rompt le baiser, il lève les yeux au plafond, comme s’il refusait de me regarder et je ressent un pincement dans mon coeur. Est ce que je m’y étais mal prise. Est ce que … j’embrassais mal. Je me mis à rougir fortement. Blessée dans mon égo. Mais consciente que j’avais peu de pratique. Alors je m’excuse, parce que … j’ai probablement mal fait. Que j’ai eu tord. Et il me regarde plantant ses yeux dans les miens. « Jamais on s’est excusé parce que j’ai embrassé une femme… Généralement elles me remercient ou me frappent… » je souriais en coin, il était trop … craquant. Je ne comptait pas le frapper. Le remercier … peut être oui. Je ne savais pas trop quoi faire. Je venais de lui avouer tout et … ça le faisait rire. Alors … je baissais les yeux, terriblement déçue. J’aurais jamais du. C’était naze. Et inutile. Et je me sentais très nulle maintenant …

« Assis-toi… car tu risques de tomber cul à terre avec ce que j’ai à te dire… » je levais les yeux, interpellée. J’allais ouvrir la bouche mais il m’entraintait déjà vers le canapé où je m’installait du coup en le regardant sans comprendre. Quoi donc? Je l’observais avec attention, les mains posées sur les genoux. « T’as déjà entendu parler de la réincarnation ? » j’arquais un sourcil. Heu oui, bien sûr. Je sentais mon coeur se mettre à battre plus vite. « Ce ne sont pas des rêves… mais plus des souvenirs d’une ancienne vie… Je… on… s’est connus dans une autre époque… » « Hein? » j’étais … effectivement comme il le disait, sur le cul oui. Surprise, je ne m’attendais pas à ça. Donc … c’était quoi, des souvenirs, des … réminiscences? « Je me suis jeté devant toi, pour te sauver la vie et je me suis prise une balle…. Mon corps est tombé à terre… tu t’es agenouillée et je suis mort quelques minutes plus tard dans tes bras… » tout mon corps me disait que c’était vrai, mais mon cerveau pour le moment se posait bien trop de question. « Je … » je joins mes mains et jouais nerveusement avec mes doigts. « Tu … tu veux dire que … c’était pas des rêves. Que … c’était revivre ce que l’on a déjà vécu? » dis-je en me mordant la lèvre. La romantique en moi voulait y croire, mais … je ne savais pas comment réagir à vrai dire. Oui ça donnait beaucoup d’éclaircissement à plein de choses que je ne comprenais pas … mais … wow. C’était une info … assez spéciale à digérer. « Je … je me souviens du sang sur mes mains … » dis-je en regardant la paume de mes mains comme si du sang allait tout d’un coup y apparaitre. « Mais … ces rêves, ou souvenirs ou … érotiques … » sortir le mot à voix haute me couta beaucoup « On était … ensemble? » demandais-je doucement légèrement perturbée à l’idée d’avoir la réponse.
codé par kusumitagraph'



in plain sight
in the shadows
A WOMAN
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 63 depuis le : 25/12/2016

âge : 37 ans
métier : Parachutiste de feu
statut & orientation : celibataire - hétéro


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Jeu 19 Jan - 19:43

Il devait lui dire. Il ne pouvait faire autrement. Il ne voyait pas d’autre moyen. Alors il se lança. Et… Elle était choquée… Oui, logique. Ils se connaissaient à peine et voilà qu’il lui disait que dans une autre vie ils étaient amants… Y avait de quoi être choqué. Et surtout… Faut le vivre pour le comprendre. Hors elle ne semblait pas encore se souvenir de toute l’histoire et du coup ça pouvait lui paraitre des rêves, des illusions de l’esprit. Il pouvait la comprendre. Ce n’était pas facile ; Pourtant c’était la vérité. « Plutôt que ton esprit commence doucement à se souvenir… » Ce n’était pas vraiment revivre sinon il l’aurait déjà sorti de chez elle. Il aurait déjà enfreint plein de règles pour être près d’elle. Il l’observait alors qu’elle essayait de donner un sens à tout ça. Il n’y en avait pas vraiment un. Mais au moins, elle ne semblait pas le prendre à son tour pour un fou.

Etre ensemble. Il soupire. Jared pourrait tout dire, tout raconter en détails, mais il était hésitant. Est-ce que cela l’aiderait ? Si il lui en avait parlé ce n’était pas dans l’espoir de la retrouver, mais plutôt pour éviter qu’elle devienne dingue. Ce n’est pas toujours facile de vivre avec des vieux souvenirs. « Oui, nous étions ensemble… » Mais il ne souhaitait pas en dire plus. « Ça viendra par te revenir… ou pas… le plus important est que tu sais que tu n’es pas en train de devenir dingue. » L’adulte et la personne responsable en lui, lui disait de couper court à tout ça. « De toute manière, cela n’a pas beaucoup d’importance. C’était il y a bien des années et c’était une autre époque. Et tu ne devrais pas te laisser guider par des anciens souvenirs. » D’ailleurs il évitait de parler de leur vie, pour la simple raison qu’il la connaissait trop romantique. Elle allait se rappeler son histoire préféré de Shakespeare et elle allait encore revenir à charge avec « l’amour est plus fort que tout ». Hors Jared, se disait justement tout le contraire. Pas parce qu’il ne l’aimait pas. Mais justement parce qu’il l’aimait.

Il avait essayé de ne pas tilter sur les rêves érotiques, même si il devait bien s’avouer qu’intérieurement cela l’amusait beaucoup que c’était ce dont elle commençait à s’en souvenir. Ils n’avaient pas été très prudes à l’époque. Mais il devait vraiment arrêter de penser à cela… Ce n’était pas bien, c’était du passé. Il soupire… il n’aurait pas cru que cette nuit se serait passé ainsi… Lui qui pensait bien dormir. Il posa son regard sur elle. « Je ne sais pas trop quoi te dire… Je suis désolé que tu t’es souvenu de ma mort… Ça n’a pas dû être très agréable. » D’ailleurs il ne suffisait que de regarder la tenue dans laquelle elle se trouvait pour s’en rendre compte. « Et je suis désolé du baiser… Je… je n’aurais pas du… je me suis laissé emporter par des vieux sentiments… et je n’aurais pas du… » Et il est mieux de ne plus se revoir… Pourtant il n’arrivait pas à prononcer sa dernière phrase.


Always
 What hurts the most was being so close, knowing what could've been. But not able to reach it. Though I'll always love you, in each and every life.
Revenir en haut Aller en bas


Kusum
messages : 76 depuis le : 26/12/2016

âge : 20 années
métier : étudiante en arts
statut & orientation : fraichement célibataire, hétérosexuelle


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Ven 3 Fév - 0:02



it was always you
Céleste Pyke& Jared Coulson

Je ne savais pas trop ce qui se passait en fait. Je … Qu’est ce qu’il me disait ? C’était donc .. pas des simples songes, pas des … rêves? Ca s’était donc réellement passé. Il était mort. Dans mes bras. Et … et pourquoi je m’en souvenais maintenant? Je n’avais aucune raison de pense qu’il me mentait mais c’était quand même très étrange. Non? Enfin je veux dire, je ne m’attendais pas à ce qu’il me dise ça. C’était le moins que je puisse dire. Je ne m’y attendais vraiment, mais vraiment pas! C’était quoi le donc de l’histoire, on avait un passé commun, c’est ça? Je le regardais abasourdie, je devais avoir l’air totalement débile à le regarder comme ça avec des yeux de merlan frit. Mais en même temps mettez vous à ma place. « Plutôt que ton esprit commence doucement à se souvenir… » J’essayais de prendre tout ça en compte ce que ça voulait dire, ce que ça impliquait. Et … la raison de tout ça. J’essayais de comprendre. Comprendre. Et puis, je me rendais compte que … ça voulait dire qu’on était en couple, ensemble ou je ne sais pas comment le dire. « Oui, nous étions ensemble… » j’avais néanmoins l’impression qu’il ne me disait pas tout. Qu’il y avait quelque chose qu’il gardait pour lui. J’arquais un sourcil. « Ça viendra par te revenir… ou pas… le plus important est que tu sais que tu n’es pas en train de devenir dingue. » je soupirais un peu et haussais les épaules. « Je … je me demandais surtout pourquoi je faisais ces rêves érotiques … enfin … c’est normal à mon âge je pense … » murmurais-je presque. Surtout que j’étais encore vierge. Et que … oh mon dieu il le savait. Oh mon dieu … il … je me mis à rougir doucement en réalisant ce que ça voulait dire. « De toute manière, cela n’a pas beaucoup d’importance. C’était il y a bien des années et c’était une autre époque. Et tu ne devrais pas te laisser guider par des anciens souvenirs. » je le regardais et plongeais mes yeux dans les siens. Il était sérieux? « Non, enfin … c’est pas tous les jours qu’on découvre qu’on a eu une vie passée. » dis-je sincère. J’étais curieuse à présent. Savoir qui j’avais été, comment j’étais. Ce qui s’était passé.

« Je ne sais pas trop quoi te dire… Je suis désolé que tu t’es souvenu de ma mort… Ça n’a pas dû être très agréable. » je baissais les yeux. En effet non ça n’avait pas été agréable du tout, et puis surtout ça m’avait foutu une de ces frousses. Mais maintenant, ce qu’il venait de m’avouer ça expliquait tellement de chose. Même si je n’étais pas encore tout à fait certaine de le croire à cent pourcent, ça expliquait la détresse que j’avais ressentie. Ca expliquait pourquoi j’étais chez lui au milieu de la nuit pour m’assurer qu’il était toujours vivant. « Et je suis désolé du baiser… Je… je n’aurais pas du… je me suis laissé emporter par des vieux sentiments… et je n’aurais pas du… » je haussais les épaules. « J’est pas grave. Je peux comprendre. » dis-je doucement. Puis, relevant les yeux vers lui je posais ma main sur la sienne. « Tu pourrais me parler d’elle. Enfin … de moi. » dis-je incertaine de comment formuler les choses. « Je … j’étais comment? » dis-je à la fois curieuse et un peu réticente à l’idée de connaitre la version passée de moi même.
codé par kusumitagraph'



in plain sight
in the shadows
A WOMAN
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 63 depuis le : 25/12/2016

âge : 37 ans
métier : Parachutiste de feu
statut & orientation : celibataire - hétéro


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Ven 3 Fév - 20:59

Est-ce qu’il était sérieux? Bien sûr que non ! Pour une fois qu’il essayait d’être raisonnable… Bah fallait bien mentir. Lui dire que ce n’était que le passé, que cela ne comptait pas. Même si lui… Bah il n’avait plus qu’une seule envie. Mais il ne pouvait pas, il ne devait pas. Il avait déjà été trop loin avec son baiser. Il n’aurait jamais dû aller lui parler… C’était la première grande bêtise qu’il avait fait. Sans ca… elle ne serait pas ici. Mais quelque part, il ne pouvait pas s’en vouloir, il aimait l’avoir près de lui. Quelque part il était même contente de la savoir près de lui. Mais il n’était pas sure qu’elle le croit réellement, en tous les cas, elle ne l’avait pas traité de tarré et n’avait pas pris ses jambes au cou. Bon signe non ? Cependant quand elle lui demande comment elle était, il ravale la salive. Il n’avait pas vraiment envie de parler d’elle. C’était trop douloureux. Mais comment lui dire qu’il l’aimait toujours ? Est-ce que cela ne ferait pas encore plus bizarre ? Il soupire doucement et va se resservir un verre, bah oui, il en a bien besoin ! « Elle était… formidable. Parfaite même… et son sourire… » Jared pose son regard sur elle. Elle avait toujours ce même regard, les mêmes yeux.

Il se gratte la tête comme pour revenir à la réalité des choses. « Je.. je ne peux pas Céleste… je n’ai pas envie de parler de toi… enfin d’elle. » A quoi bon ? Elle allait comprendre tout l’amour qu’il lui portait. Et cela allait la mettre mal à l’aise. Et ce n’était surement pas bon… « Tu devrais rentrer chez toi… Tes parents risquent de s’inquiéter… » Oui, Jared. Parents. Elle habitait encore chez ses parents ! Alors ressaisis toi et oublie-là ! « Je vais te ramener… »


Always
 What hurts the most was being so close, knowing what could've been. But not able to reach it. Though I'll always love you, in each and every life.
Revenir en haut Aller en bas


Kusum
messages : 76 depuis le : 26/12/2016

âge : 20 années
métier : étudiante en arts
statut & orientation : fraichement célibataire, hétérosexuelle


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Dim 5 Mar - 22:22



it was always you
Céleste Pyke& Jared Coulson

Je ne savais pas quoi penser, ou quoi ressentir à ces nouvelle. Ces … révélations. J’étais perdue. Ca n’était absolument pas à ça que je m’attendais. Et bien sûr, je ne savais pas non plus à quoi m’attendre. Non je ne pense pas que j’aurai pu imaginer quelque chose de la sorte. C’était… pas quelque chose qu’on imaginait. Mais dans un sens en tout cas ça donnait une explication à ce que j’avais pu « voir » je n’aimais pas l’idée de visions ou autre. Mais … il semblait que ça ait été bien ça pourtant. Des visions d’une vie passée. J’avais une vie passée. On avait une vie passée ensemble. Je … restant la bouche plus ou moins ouverte. Que penser, et que dire. Plein de questions me traversais la tête. Qu’est ce qui s’était passé? Comment, pourquoi. Tellement d’interrogations, que j’aimerai lui demander mais sans pourtant vouloir le déranger non plus.

L’observant de près, j’essayais de manière inconsciente de me souvenir de ce passé dont il parlait. Pourquoi lui s’en souvenait et moi que maintenant. Tant de questions … Mordillant ma lèvre inférieure je soupirais un peu et finissais par lui demander comment j’étais. Enfin … ma version passée. Est ce que c’était moi … Pouvait on considérer que c’était moi? Ca avait été moi oui, mais maintenant? Je regardant avec tendresse je l’écoutais me répondre. « Elle était… formidable. Parfaite même… et son sourire… » cela me fendait le coeur, et ses yeux posés sur moi me firent frissonner.

« Je.. je ne peux pas Céleste… je n’ai pas envie de parler de toi… enfin d’elle. » il sembla troublé. Et moi … innocente et toute nouvelle sur le sujet, je ne comprenais pas tout à fait que ça le trouble. Moi j’étais tellement curieuse de découvrir, d’en savoir plus que je ne comprenais pas sa gêne. « Je … J’aimerai en savoir plus pourtant … » dis-je animée par une curiosité qui me faisait me relever et poser mes mains sur les siennes. « Savoir ce qui s’est passé. Qui on était, ce qu’on a vécu. Je … » la voix ne tremblait plus au contraire, elle était forte, et enjouée. « Tu devrais rentrer chez toi… Tes parents risquent de s’inquiéter… » je soupirais lourdement et la déception se lisait sur mon visage. « Oh … » dis-je reprenant doucement mes mains. « Je vais te ramener… » je ne voulais pas. Je hochais négativement de la tête. « Vu le temps dehors on va pas aller bien loin … » dis-je en soupirant. « Je veux pas partir… » soufflais-je doucement.
codé par kusumitagraph'



in plain sight
in the shadows
A WOMAN
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 63 depuis le : 25/12/2016

âge : 37 ans
métier : Parachutiste de feu
statut & orientation : celibataire - hétéro


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Lun 6 Mar - 19:16

Non ce n’était pas raisonnable. Il ne pouvait pas penser à elle. Déjà rien qu’à l’avoir près de lui… C’était tellement difficile. Mais elle ne comprenait pas. Elle était encore si… jeune. Il soupire et ferme les yeux. Ses mains sur les siennes. « Céleste… » Mais sa voix se perdit en ouvrant ses yeux sur elle. Il ne savait plus ce qu’il allait lui dire. Elle voulait tellement en savoir plus. « Pourquoi ? Pourquoi souhaites-tu déjà connaître la fin d’une histoire alors que tu finiras tôt ou tard par t’en souvenir par toi-même… » Autant qu’il avait essayé de ne pas éveiller les souvenirs, il se dit qu’aujourd’hui il était bien trop tard. Tôt ou tard elle finira par se souvenir de tout. Est-ce qu’e cela allait changer quelque chose ? Son regard dans le sien, il caressa doucement sa joue. « Je l’aimais Céleste… j’aurais fait n’importe quoi pour elle… » Mais il devait revenir sur terre. Elle n’était plus là, et si encore elle devait s’en souvenir… IL soupire, c’était mieux d’en arrêter là.

Il voyait bien qu’elle était déçu, et il ne voulait pas la décevoir… mais… il ne pouvait pas lui dire que dès qu’il l’avait vu il l’aimait. Ca serait bien trop bizarre non ? Il jettait un regard dehors, c’est vrai qu’il faisait vraiment un mauvais temps… et puis elle portait toujours sa chemise… il ne pouvait pas la déposer ainsi chez ses parents ! « Pourtant il faudrait bien que tu rentres tôt ou tard… et puis tes parents risquent de ne pas s’inquiéter ? » La dernière chose qu’il voulait c’était de devoir expliquer à ses parents ce qu’elle faisait chez lui à une heure si matinale… Même si il devait avouer qu’il ne voulait pas non plus qu’elle parte… mais pas pour les mêmes raisons qu’elle…


Always
 What hurts the most was being so close, knowing what could've been. But not able to reach it. Though I'll always love you, in each and every life.
Revenir en haut Aller en bas


Kusum
messages : 76 depuis le : 26/12/2016

âge : 20 années
métier : étudiante en arts
statut & orientation : fraichement célibataire, hétérosexuelle


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Mar 7 Mar - 22:41



it was always you
Céleste Pyke& Jared Coulson

Je ne voulais pas partir non bien sûr. J’étais venue ici pleine d’interrogation, et à présent, j’avais bien sûr eu des réponses, que je n’attendais pas, mais … j’en avais encore plein d’autres. Et j’aurai aimé qu’il puisse y répondre. J’en avais besoin du coup. comment pouvoir retourner à une vie … à peu près normale disons, quand je venais d’avoir des révélations de la sorte. Je ne pouvais tout simplement pas! Et je ne pouvais pas non plus comprendre qu’il n’avait pas envie d’en parler. pour moi c’était tout nouveau, tout frais, alors que lui se trimballait ça depuis … des années maintenant. Mais moi … j’en savais rien. Je n’étais pas sûre. Je soupirais doucement et le regardais doucement en coin. Oui j’avais besoin de savoir. J’avais des questions, pas mal de questions … color=seagreen] « Céleste… »[/color] je levais les yeux vers lui. « Pourquoi ? Pourquoi souhaites-tu déjà connaître la fin d’une histoire alors que tu finiras tôt ou tard par t’en souvenir par toi-même… » je haussais les épaules. Pourquoi je voulais? « Je … c’est tout nouveau pour moi. Je … » je bredouillais un peu, pas vraiment sûre de pouvoir dire la réelle raison de mon envie. Pas sûre de pouvoir réellement mettre le doigt dessus de toutes manières. « Je sais pas … mais … avoir ton point de vue, toi qui l’a … enfin m’a … connue à l’époque, c’est pas pareil que se souvenir … un souvenir c’est subjectif. Un souvenir dont c’est moi qui me souviendrai. Alors que toi … » je serrais sa main dans la mienne. « Tu apportes un autre point de vue. » je soupirais un peu. J’avais une telle envie d’en savoir plus qui me tiraillait. Sa main caressant ma joue me fit frissonner. « Je l’aimais Céleste… j’aurais fait n’importe quoi pour elle… » je haussais les épaules et dit avec positivité. « Et alors? Justement, tu es le mieux placé pour me parler d’elle. » dis-je ne comprenant pas le souci que ça pouvait lui poser à lui. Piégée dans ma jeunesse et ma fougue.

La déception était grande alors qu’il me disait devoir me ramener chez moi. Je m’en fichais d’être chez moi. Ca m’était totalement égal en ce moment même. Je n’y pensais même pas jusqu’à ce qu’il en parle lui même. « Pourtant il faudrait bien que tu rentres tôt ou tard… et puis tes parents risquent de ne pas s’inquiéter ? » je haussais les épaules. Oui si bien sûr qu’ils s’inquiéteraient pour moi. C’était mes parents c’était normal. « Forcément. Mais … » je soupirais un peu « J’ai besoin de savoir … » lâchais-je d’une petite voix timide.
codé par kusumitagraph'



in plain sight
in the shadows
A WOMAN
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 63 depuis le : 25/12/2016

âge : 37 ans
métier : Parachutiste de feu
statut & orientation : celibataire - hétéro


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Mer 8 Mar - 20:48

« Crois-moi… mon point de vue est loin d’être objectif. » Ce n’est pas qu’il ne voulait pas parler d’elle, c’est qu’il n’avait pas envie de parler d’elle à Céleste. C’était trop bizarre. Se plonger dans ce passé, dans cet amour qui malgré les siècles vous tient toujours en grimpe… il allait la brusquer, la forcer et il ne voulait pas ca. Il ne voulait vraiment pas que cette relation devienne compliqué. Il soupire et observe ses doigts sur sa main. Pourquoi est-ce que mêmes ses doigts lui paraissaient les mêmes qu’à cette époque. Il sourit faiblement quand elle disait que c’était une raison de plus pour en parler. Elle ne comprenait vraiment pas… Et pouvait-il lui en vouloir ? Il soupire et finit par s’installer dans un canapé, il ne savait pas… Il continuait à dire que c’était mieux qu’elle rentre chez elle… mais habillé bien sure et pas en chemise…. Il obligeait son regard à se tourner vers le feu ouvert et non vers le peu de tissu qu’elle avait sur elle. Elle avait besoin de savoir… « Tu ne sais même pas pourquoi ni ce que tu souhaites savoir…. » Que voulait-elle donc qu’il lui dise ?

« Tu.. Enfin elle… était vive d’esprit, souriante, forte et très courageuse. Pourtant ce n’était qu’un petit bout de femme… mais je n’ai jamais vu quelqu’un avec tant de courage… même pas quand on s’est enfuit pour vivre notre amour… Amour qui était mal vu par nos parents… Ca nous a pas empêché de vivre notre amour… loin… très loin d’eux. » Ah mais pourquoi est-ce qu’il faisait ca ? Après il allait encore terminer sa soirée…Enfin vu l’heure on pourrait quasi dire matin… avec un verre de scotch à la main… Pourtant il n’arrêtait pas. « Ca n’a durée…. Que quelques mois… ils ont finis par nous retrouver et ma vie s’est arrêté là… j’ignore ce qu’elle est devenue… » Il levait son regard vers elle. La seule qui avait cette réponse se trouvait en face d’elle… Du moins si elle s’en souvient.


Always
 What hurts the most was being so close, knowing what could've been. But not able to reach it. Though I'll always love you, in each and every life.
Revenir en haut Aller en bas


Kusum
messages : 76 depuis le : 26/12/2016

âge : 20 années
métier : étudiante en arts
statut & orientation : fraichement célibataire, hétérosexuelle


MessageSujet: Re: (celared) it was always you   Lun 10 Avr - 20:48



it was always you
Céleste Pyke& Jared Coulson

« Crois-moi… mon point de vue est loin d’être objectif. » je haussais les épaules en le regardant. Il était peut être pas objectif, mais il avait peut être des réponses à mes questions. Il avait peut être la possibilité de mettre des mots sur ce que je peux ressentir parfois, ce sentiment d’incomplétitude. Parce que c’est pourtant bel et bien ça que je ressent. Et puis ces souvenirs, ces songes, ses visions fantasmées, érotiques que j’ai de lui. C’est gênant mais si j’avais une explication ça serait peut être moins troublant?
Nous avions un passé ensemble. Et c’était ce qui semblait le déranger. Enfin non pas le déranger. Mais ça le troublait. Après tout je ne pouvais pas comprendre, je ne connaissais pas l’histoire alors que lui il s’en souvenait, et il l’avait donc encore imprimée dans son cerveau. J’avais pourtant un besoin de savoir. Besoin de lui peut être aussi par extension. J’étais curieuse oui de manière générale, mais la encore plus puisque ça me concernait. Le regardant je constatais qu’il évitais mon regard. Ce que je pouvais une nouvelle fois comprendre. « Tu ne sais même pas pourquoi ni ce que tu souhaites savoir…. » je hochais de la tête. « Je sais Jared … » dis-je en serrant ma main autour de la sienne. « Mais j’ai besoin de savoir. J’ai besoin de comprendre. » je cherchais son regard mais ne le trouvais pas puisqu’il regardait le feu.

« Tu.. Enfin elle… était vive d’esprit, souriante, forte et très courageuse. Pourtant ce n’était qu’un petit bout de femme… mais je n’ai jamais vu quelqu’un avec tant de courage… même pas quand on s’est enfuit pour vivre notre amour… Amour qui était mal vu par nos parents… Ca nous a pas empêché de vivre notre amour… loin… très loin d’eux. » je sentis une émotion particulière m’étreindre et sentis mon coeur s’accélérer un peu plus. J’avais envie de savoir, je devais absolument savoir. « Ca n’a durée…. Que quelques mois… ils ont finis par nous retrouver et ma vie s’est arrêté là… j’ignore ce qu’elle est devenue… » Quelques mois. On s’était aimé seulement quelque mois. On a été amoureux, on a vécu ensemble. On … on s’est aimé. « Tu … tu veux dire que … » je sentis ma gorge se nouer. « je suis désolée Jared » Je serrais ma main autour de la sienne encore un peu plus je venais de comprendre qu’il était mort pour cet amour. « Je … » je passais ma main sur son visage et le forçais ainsi à me regarder « elle t’aimais. Je t’aimais, tu sais … » dis-je avant de déposer mes lèvres sur les siennes.
codé par kusumitagraph'



in plain sight
in the shadows
A WOMAN
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (celared) it was always you   

Revenir en haut Aller en bas
 
(celared) it was always you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
How You Remind Me ::  :: Pilgrim Mountain :: Les Ranchs :: 1. Ferme Coulson-
Sauter vers: