...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let it Snow - Matthews & Charline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Membre
messages : 62 depuis le : 11/12/2016

âge : 29 ans
métier : informaticienne, hackeuse
statut & orientation : fiancée & bisexuelle


MessageSujet: Let it Snow - Matthews & Charline   Mer 21 Déc - 23:31



"Let it snow ! "

Parce que vivre loin de ses amis et de ses repères, c’est prendre le risque de se perdre.- Desperate Housewives



Bottes, manteaux, gants, écharpe et bonnet. Le tout pour survivre à la neige qui tombait. C’était charmant, cette petite ville sous la neige. Bien sûr si on fait abstraction du froid et de la connexion qui est quasi nihil. Charline avait oublié à quelle point elle pouvait détester ne pas avoir de la connexion partout ! Cela lui rappelait le lycée ou elle avait essayé par tous les moyens de garder sa connexion stable. Même une pro dans l’informatique n’y arrivait pas. Stupides antennes, mal placés ! Après avoir tenté par tous les moyens d’obtenir un peu de réseau pour son smartphone, elle finit par abandonner. Marché dans la rue avec son téléphone au-dessus de sa tête… Ça fait un peu ridicule non ? Un soupir et elle fit glisser son portable dans la poche de son manteau. Bon de quoi avait-elle besoin ? Première étape : la pharmacie. Il lui fallait des préservatifs. Un petite sourire s’affichait sur les lèvres de la belle quand elle pensait à son prince charmant. Et son sourire ne fit que s’élargir quand elle voyait la vieille pharmacienne. Oh, Charline n’était pas très aimé dans le coin, et cela malgré que sa sœur était le maire. Ah pas de chance pour la vieille, Charline se sentait d’attaque aujourd’hui. « Charline Decker…. Qui aurait cru te revoir ici ? » « Madame Bakker… Moi aussi je suis ravie de vous revoir. Vous oubliez que j’ai une sœur que j’aime rendre visite. Et de plus je n’allais quand même pas louper votre pharmacie. Elle est la plus vieille que je n’ai jamais vu dans toute ma vie… Quasi une antiquité… » Charline a toujours prit un malsain plaisir à se mettre les gens sur son dos. Et puis cette vieille, le méritait bien. C’était vraiment une plaie qui allait dire à tout le monde ce qu’elle venait de vendre… Secret médicale ? Ah non, ca n’existe pas dans cette pharmacie. [b] « J’aurais besoin d’une boîte de préservatifs. » En voyant la rougeur monté chez la vieille femme, Charline ne put en ajouter une couche. « Oh non, donnez-moi deux boîtes. Car il fait si froid et on n’a que peu de choses à faire… »

C’était avec un sourire au visage que Charline payait et quittait la pharmacie. Une fois que la porte se refermait derrière elle, elle se mit à rire. C’est en se retournant vers la pharmacie, afin de voir si la vieille avait déjà prit son téléphone pour avertir la populace qu’elle était de retour… Qu’elle ne fit pas attention ou elle mettait les pieds, et qu’elle fonçait droit sur quelqu’un. Et avec la neige elle ne tardait pas à se retrouver le popotin dedans, avec sa commande autour d’elle. En se réalisant qu’il y avait ses boîtes de préservatifs autour d’elle, et qu’elle se trouvait assise dans la neige, Charline ne put que s’éclater de rire. « Et le karma vient à nouveau de m’ajouter une rumeur à ranconter en plus dans cette ville. » elle était quasi sure que la pharmacienne avait tout vu. Ah tant pis, elle se fichait bien de ce que les gens pouvaient penser d’elle. Sa sœur risquait par contre pas apprécié tout ca… mais tant pis pour elle.

Code by Sleepy



Charline DeckerI know you. I walked with you once upon a dream. I know you. That gleam in your eyes is so familiar. I walked with you once upon a dream.  
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 97 depuis le : 15/12/2016

âge : 35
métier : PDG de sa firme
statut & orientation : fiancé par obligation


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Ven 23 Déc - 13:36



"Let it snow "

Charline Decker – Matthews O'Neal




Foutue ville sans réseau potable, foutue fille qui lui prenait la tête, foutue assistante qui l'avait largué comme une vieille chaussette mal aimé chez ses parents. Ils étaient à peine arrivés, que déjà j'avais eu le droit à bon nombre de questions à laquelle je n'avais pas répondu. Le voyage nous a fatigué, phrase typiquement masculine pour éviter de dire que je n'en avais rien à foutre de vos questions, surtout que Crystal était partie si rapidement voir un truc pour le mariage de sa cousine. Cousine dont je n'ai toujours pas le prénom en tête. J'ai bien plus important qu'à me souvenir de sa famille, surtout que je ne les verrais pas assez souvent. J'ai pu m'échapper des griffes de sa mère. Elle est très gentille, mais trop... envahissante pour ne pas dire un mot plus vulgaire. La ville n'est pas du tout une ville. Elle m'a menti comme... je n'en sais rien, mais c'est dérangeant de la savoir capable d'omettre des choses au sujet de sa vie d'avant. En même temps, si elle était capable de raconter tout et n'importe quoi à ses parents, surtout concernant son poste d'avocate qu'elle n'a plus, je ne sais pas de quoi elle peut être capable...

J'ai acheté des bottes plus adéquates que les chaussures que j'avais. Ici, c'est de la neige à perte de vue. Et les bottes fourrées, noires de surcroit sont parfaites, chaudes et confortables. Mon cuir est assez chaud, par contre il va me falloir un pull ou deux. Je n'avais pas prévu qu'il fasse si froid par ici. Si elle m'avait prévenu, se serait vraiment parfait... Si elle m'avait prévenu... Mais c'est sûrement trop demander ! Je regarde ma main, le bandage qu'elle m'a fait commence à faire une sale tête, il va falloir que j'achète ce qu'il faut. Sans compter mon mal de tête qui reprend... Une pharmacie, voila ce qu'il me faut. J'attrape mon téléphone pour trouver l'adresse de ces lieux, sauf que bien entendu il ne fonctionne pas ! Je peste, limite à taper le pied sur le sol et le peu de personnes au-dehors semble ne pas me voir. J'ai une tête de déterré ou quoi ? À moins que ce ne soit parce que tout le monde semble se connaître ?

Foutu bled pourri ! Je remets mon téléphone qui n'est pas donné et qui ne sert à rien dans ma poche de blouson, remonte le col contre mon cou et avance sans regarder qui que se soit. J'aurais peut-être dû regarder où mettre les pieds et je n'aurai peut-être pas encore plus mal à la tête. Sans compter que je ne me retrouverais pas un pas en arrière, des paquest au sol. Et une femme. Bon sang, j'avais réussi cet exploit sans le vouloir ? Je me frotte les tempes et baisse le regard sur la jolie blonde qui n'arrive pas à s'arrêter de rire. Je ne comprends pas pourquoi, jusqu'à ce que je lise ce qu'il y a d'indiqué sur les boites... Préservatifs. Forcément, si elle voulait être discrète c'est raté. Je ramasse ses boites et lui tends la main pour l'aider à se relever.

"- Je crois que je ne regardais pas devant moi, désolé. " dis-je en haussant un sourcil. Le karma ? Si elle savait que le mien était en suspend... "- Il vaudrait mieux mettre tout ça dans vos poches, les gens d'ici... " commencé-je en m'arrêtant brusquement. "- Bref une rumeur est si vite arrivée...  "Je regarde les boites de préservatifs. "- C'est de ça dont j'ai besoin, mais au final de l'aspirine devrait être bénéfique.. " murmuré-je plus pour moi-même que pour cette inconnue. Maintenant que j'étais fiancé, par obligation, me soulager allait devenir problématique, surtout que je ne voulais absolument pas me la taper. Déjà un baiser et j'ai la menace d'un couteau en plein coeur, alors tenter autre chose... non merci !


Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 62 depuis le : 11/12/2016

âge : 29 ans
métier : informaticienne, hackeuse
statut & orientation : fiancée & bisexuelle


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Ven 23 Déc - 14:57



"Let it snow ! "

Parce que vivre loin de ses amis et de ses repères, c’est prendre le risque de se perdre.- Desperate Housewives



“Y a pas de soucis. La neige m’a bien rattrapé. » D’ailleurs c’est une chance qu’elle soit tombée dans de la neige, sinon elle aurait pu se faire vachement mal. Son regard se posait sur l’homme qui lui tendit sa main, qu’elle ne tardait pas à accepter. Elle ne l’avait jamais vu… Quoi que… Si son visage lui rappelait quelqu’un. Mais elle n’arrivait pas à se souvenir d’où.. « Oh vous savez… Je suis quasi sure qu’en ce moment-même la pharmacienne est en train de téléphoner à toute la petite population de cette ville pour dire que non seulement Charline Decker a acheté des préservatifs, mais en plus de ça, elle en a acheté deux. Et elle vient de tomber dans la neige juste devant la porte. » De toute manière cela faisait bien longtemps que Charline se fichait bien de ce qu’on pouvait penser d’elle. Méchante, garce, maladroite, peu importe. L’avis de ces gens ne comptaient pas à ces yeux.

« Si vous voulez vous pouvez prendre ma deuxième boîte… Je l’ai acheté que pour créer de la rougeur dans le visage de la vieille pharmacienne … Et quelque chose me dit que les Westenra ne risquent pas d’apprécier le fait que le copain de leur fille achète directement des préservatifs à peine arrivée en ville… » Charline venait de se souvenir d’où elle l’avait vu. Elle habitait New York, ca lui arrivait de lire les journaux et la tête du grand PDG d’O’Neal y apparaissait quand même pas mal de fois. D’autant plus qu’après le chocolat chaud avec Crystal tout était assez claire. Il venait de s’échapper de chez ses futurs beau-parents et était probablement à la recherche de Crystal. « Crystal ne vous a pas prévenu que tout le monde connait tout le monde et adore examiner chaque détail de votre vie sous la grande loupe ? A croire qu’ils n’ont rien d’autre à faire… » Mais avec tout cela, elle ne s’était même pas présenté. « Je suis Charline. Charline Decker. » Et elle allait tuer Crystal si cette dernière n’avait jamais mentionné son nom ! « J’habite New York donc votre tête me disait quelque chose… De plus on a une amie en commun. » Crystal Westenra, était et serait probablement toujours la meilleure amie de Charline. C’était un peu la seule à oser s’aventurer avec la dangereuse Charline, qui avait un don de s’attirer tous les ennuies possibles.

 
Code by Sleepy


Charline DeckerI know you. I walked with you once upon a dream. I know you. That gleam in your eyes is so familiar. I walked with you once upon a dream.  
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 97 depuis le : 15/12/2016

âge : 35
métier : PDG de sa firme
statut & orientation : fiancé par obligation


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Sam 24 Déc - 13:03



"Let it snow "

Charline Decker – Matthews O'Neal




Je ne peux m'empêcher de rire de la situation. Bn sang, non je ne venais pas acheter des préservatifs, je ne vais pas coucher avec ma fiancée. D'ailleurs qui est au courant à part elle et moi ? Personne à mon avis, vu que ses parents ne DOIVENT pas être au courant. N'empêche, j'ai déjà eu le droit à quand j'allais faire ma demande, si c'était sérieux, est-ce que je voulais des enfants... D'où ma migraine qui n'avait eu de cesse d'augmenter en volume. Le souffle court, mon rire eu du mal à s'éteindre, cela me fit un bien fou de me lâcher ainsi. Je me passe une main derrière la nuque et lui tendis ses deux boites, pas questions que je revienne au ranch avec ça. Il suffisait que la boite tombe de sa poche et j'en connaissais une qui allait m'arracher les yeux. Sans compter que nous sommes bien dans une petite ville, mais vraiment petite, tout se sait, enfin ceux qui y habite. Je fais l'effort de rechercher dans ma mémoire si Crystal m'a parlé de cette... Charlène ? Non Charline Decker. Non Crystal ne m'a rien dis. Elle aurait dû ?

"- Les... villages " j'ai failli dire bled paumé "- n'ont aucun secret, donc il vaut mieux que vous gardiez vos boites. Cela ferait mauvais genre d'en refiler à un inconnu dans la rue et puis je ne pense pas que ma... libido puisse s'ouvrir chez eux " dis-je en souriant. Je me frotte les temps, il est clair qu'une bonne baise soulagerait mes tensions, mais je ne me vois pas demander à Crystal ce genre de service et je n'irai pas voir ailleurs. "- Par contre je suis navré, mais Crystal ne m'a pas parlé de vous " Je ne comprends pas pourquoi. Serait-elle jalouse ? Je ne suis pas porté sur les blondes, ou les rousses ou les brunes, il est clair que cette femme est belle, mais j'imagine plus facilement que Crystal n'a pas envie de s'ouvrir et encore moins de me présenter ses amies.

"- Je compte m'acheter de l'aspirine, cela devrait ne pas trop la faire téléphoner à tout le monde, pas vrai ? " dis-je en lui offrant un vrai sourire. "- Si vous avez deux minutes et que vous connaissez un café digne de ce nom, je vous en offre un ? Enfin une boisson chaude ? " demandé-je en me disant qu'avoir une personne qui la connaît, de la grosse pomme en plus est un plus pour moi. "- Je vais juste aller m'acheter ce dont j'ai besoin, vous m'attendez ? " questionné-je en restant face à elle. Je n'avais pas envie qu'elle disparaisse d'un seul coup. En plus j'en saurai plus sur ma fiancé, sur ce qu'elle considère comme une ville. J'ai une tête qui ne passe pas inaperçu, apparemment et pour Charline qui habite New York, je ne suis pas un inconnu. Est-ce que c'est pour cela que la plupart des habitants me dévisagent ? À moins que je ne tienne deux boites de préservatifs devant une jeune femme les lui tendant ne semble pas les faire sourire, mais plutôt les faire enrager. Ma ville me manque, même mon pays natal me manque. En Irlande il n'y a pas tout ce manège de curiosité !

Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 62 depuis le : 11/12/2016

âge : 29 ans
métier : informaticienne, hackeuse
statut & orientation : fiancée & bisexuelle


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Dim 25 Déc - 11:16



"Let it snow ! "

Parce que vivre loin de ses amis et de ses repères, c’est prendre le risque de se perdre.- Desperate Housewives



Riche, beau et en plus il était intelligent. Décidément Crystal avait du gout. Par contre ce qui surprenait la blonde c’était que sa brunette préférée n’avait jamais parlé d’elle. Elle arquait un sourcil. Comment cela se fait qu’elle n’ai jamais parlé d’elle ? Elle allait être vexé là. « Et bien c’est toujours bien de savoir que votre meilleure amie oublie de vous mentionner… Je pense que ca va lui couter pas mal de cocktails avant que je la pardonne. » Oh que oui, il allait en falloir. Car là elle était vexé dans son amour propre. « Mmm non, ce n’est pas l’aspirine qui va attirer son attention. Mais je peux déjà l’entendre vous questionner pour pouvoir tout raconter par la suite.. » Et oui, c’est ca le bonheur à Red Hollow. Il n’y avait pas de possibilité de passer incognito et encore moins d’avoir des secrets dans cette ville. Charline rangeait les boîtes dans son sac. Un café ? Elle sourit. Cela ferait deux fois qu’elle irait boire un café aujourd’hui. D’abord Crystal et maintenant avec Monsieur O’Neal. Ah pourquoi pas. Ce n’est pas comme-ci il y avait beaucoup de gens qui voudraient prendre un café avec elle. Le peu d’amis qu’elle avait ce comptait sur le doigt d’une seule main. « D’accord j’accepte. » Un hochement de la tête pour lui dire qu’elle comptait bien l’attendre et non se volatiliser dans les airs.

En attendant qu’il achète ses aspirines, qu’il essaie de se débarrasser de la vieille chouette, Charline observait les alentours. Elle n’avait jamais été une très grande fan de Red Hollow. Elle avait toujours fait partie de ceux qui ne voulaient qu’une chose : partir très loin. Et c’est ce qu’elle avait fini par faire. Pourtant malgré ca, elle se retrouvait ici. Ah non Red Hollow n’était pas vraiment sa ville préférée, elle n’appréciait pas les habitants, tout fermait quasi à 10heures, pas moyen de manger un pancake en plein milieu de la nuit hors qu’à New York tout ca était possible. L’activité nocturne était quasi la même qu’en pleine journée. Voilà ce qu’elle aimait. Contrairement à Red Hollow qui était tellement calme et silencieux que parfois Charline avait l’impression qu’elle se trouvait dans une ville fantôme. Quand O’Neal sortait, elle sourit. « Alors, vous avez réussi à vous échapper aux griffes de Madame Bakker ? » Sans trop attendre, Charline se mit en chemin en direction du Trapper’s Bar. Ce n’était qu’une rue plus loin. « Alors, vous restez combien de temps à Red Hollow ? »

Arrivés au Trapper’s, ils ne tardaient pas à s’installer à une table près de la fenêtre. Charline posait un bref regard sur les autres gens, avant de se tourner vers O’Neal. « Faudrait peut-etre que je vous prévienne sur ma réputation… Je suis vu comme un problème marchant. Je casse tout ce qui passe entre mes mains. A croire qu’il y a quelqu’un la-haut qui m’en veut vraiment beaucoup. Vous êtes sure que vous voulez toujours rester à la même table ? » Elle sourit. Oui, le karma lui en voulait vraiment…. Elle avait surement du faire un truc dans une ancienne vie qui ne plaisait pas…. Charline commandait pour la deuxième fois en moins de quelques heures un chocolat chaud. Le thé n’était pas trop son truc et étant déjà quelqu’un qui avait du mal à rester sans rien faire, la caféine n’était jamais un bon plan. A moins si elle devait travailler très tard et qu’elle avait besoin de faire du 24 heures ou plus.

Code by Sleepy



Charline DeckerI know you. I walked with you once upon a dream. I know you. That gleam in your eyes is so familiar. I walked with you once upon a dream.  
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 97 depuis le : 15/12/2016

âge : 35
métier : PDG de sa firme
statut & orientation : fiancé par obligation


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Mer 28 Déc - 15:43



"Let it snow "

Charline Decker – Matthews O'Neal




Je ne disais rien, mais molo sur les boissons. Après ce que j'en avais vu durant le voyage, je ne voudrais pas qu'elle mette le nez dedans par ma faute. Lorsque je ressors de la pharmacie, j'ai la tête comme une passoire. Je lève la min juste pour faire taire la meilleure amie de Crystal, ouvre la boite et attrape un cachet pour le croquer directement. Rien de tel pour vous faire passer l'envie de rester plus ongtemps ici, surtout avec cette vieille femme. Je secoue la tête sentant l'effervescence agir et avale rapidement l'aspirine. Assis face à la demoiselle, j'observe un peu ce qui se passe autour, curieux dans un sens, mais sachant pertinnemment que tout sera décortiqué. Je l'ai bien senti tout à l'heure.

"- Cela ira, je ne pense pas qu'il puisse exister pire que Crystal " murmuré-je plus pour moi que pour elle. Le serveur arrive, nous commandons nos boissons, un café long pour moi et le laissons repartir pour reprendre une conversation qui me semble la plus agréable que j'ai pu avoir depuis mon arrivée ici. Bakker ? C'était encore pire que tout, le nom d'une boulangerie pour une pharmacie. Cela ne m'étonne qu'à moitié, dans une vie antérieure, il devait y avoir tout dans le même panier, la même boutique. Bien qu'ici tout semble plus morose qu'ailleurs. Le temps semble s'être arrêté dans ce qu'ils appellent ville. Je suis persuadé que tout doit être éteint en même temps que les poules. J'en profite pour ôter mon blouson, apparaissant en chemise. Je ne l'ai pas boutonné jusqu'en haut, je n'ai aucun rendez-vous important par ici.

"- Vous aviez raison, au sujet de la pharmacienne. J'ai eu l'impression de me trouver en pleine ligne de tir ennemi. L'inquisition ne devait pas être aussi dur au temps des sorciers " dis-je en souriant. Le cachet commence à faire effet, je me sens mieux et vu le stock que j'ai acheté, je sais que j'en aurais jusqu'à notre retour à New York. Je n'ai pas le temps de continuer à parler le serveur revient tout aussi vite qu'il est venu pour prendre les commandes. Je paye les consommations immédiatement et attrape ce qui ressemble plus à une tasse de convoyeur qu'à une tasse de café. Ma main bien que large arrive à peine à faire le tour, mais le café semble bon. Tout du moins il en a l'aspect. J'en bois une gorgée et ce n'est pas ce que je préfère, mais il n'est pas trop mal, juste pas assez fort.

"- Alors, pour en revenir à la durée, je n'en sais rien, je pense que nous repartirons après le mariage de sa cousine. J'ai du travail qui m'attends, vous vous en doutez. De plus... " de plus je déteste cette ville, mais je ne me vois pas le dire ainsi. Le Trapper's ressemble vraiment de l'intérieur comme de l'extérieur à ce que j'imaginais. Légèrement bourru comme la plupart des gens qui y habitent. En regardant de plus près, je pouvais apercevoir ceux qui vivent ici depuis toujorus et les autres qui ne passent qu'ici, comme moi. "- De plus je ne suis pas sur de me sentir à l'aise ici. " Je bois une autre gorgée, me reprenant rapidement."- Je ne parle pas de vous, mais de cet... environnement. Et puis la table semble solide, donc à moins que vous ne dansiez dessus et en sautant régulièrement, je ne pense pas qu'elle puisse s'effondrer. " dis-je en riant doucement. "- Et puis je préfère être ici, avec vous, plutôt que là-bas à être obligé de répondre à une ribambelle de questions. " finissé-je par avouer en grimaçant.

Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 62 depuis le : 11/12/2016

âge : 29 ans
métier : informaticienne, hackeuse
statut & orientation : fiancée & bisexuelle


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Mer 28 Déc - 19:02



"Let it snow ! "

Parce que vivre loin de ses amis et de ses repères, c’est prendre le risque de se perdre.- Desperate Housewives



Un petit rire échappait des lèvres de la jeune femme. Oh oui, malheureusement Charline connaissait très bien les gens d’ici. Et ce n’était pas un secret qu’elle ne les appréciait pas. « Oh oui… je m’en serais douté. Déjà quand j’étais gamine, elle faisait peur avec toutes ces questions… « Le travail… oui, c’était d’ailleurs très étrange que Crystal ne l’ai jamais mentionné. Surtout qu’il y a encore quelques heures, elle lui avait même dit qu’elle allait voir avec O’Neal pour passer nouvel an ensemble…. Etrange tout ça. Elle aurait mieux fait d’interroger un peu plus Crystal. Mal à l’aise ? Charlie rit doucement. « Vous savez… vous pouvez le dire… moi aussi je déteste Red Hollow, ainsi que ses habitants. » Elle prit une gorgée. Charline était née ici, elle pouvait survivre dans un tel endroit. Par contre quelqu’un qui a autant d’affaires à régler, quelqu’un qui a l’habitude de vivre en pleine ville… Ah, ca devait être un vrai calvaire.

« Mmm… j’ai aussi des tendances de pyromane… même si je vous assure que c’est jamais fait exprès… « A croire qu’elle avait vraiment fait quelque chose de très mauvais dans son ancienne vie… Bon reportons toute l’attention sur le copain de sa best. Il était riche et beau gosse, que pouvait-elle vouloir de plus pour Crystal. Ah oui… le sourire et le rire…. Certes ce n’était pas un lieu super amusant à être. Mais il devrait vraiment apprendre à relaxer un peu plus. « Et qui vous a dit qu’avec moi cela ne serait pas le cas ? » Après tout, elle aussi avait pas mal de questions. Mais il ne devait pas s’inquiéter, elle n’allait pas l’embêter avec tout ça. C’était sa meilleure amie qui allait se prendre toutes les questions en plein visage. Là elle avait simplement envie d’apprendre à connaître le type qui a réussi à faire l’impossible : attraper le cœur de Crystal. « Ne vous en faites pas, je ne suis pas aussi envahissante que le reste des gens ici… » Mais si il voulait survivre ici, il avait intérêt de s’occuper … avec ou sans Crystal. « Dites-moi, qu’est-ce que vous aimez faire ? Vous faites quoi dans votre temps libre ? » Même si il n’y avait pas grand-chose à faire à Red Hollow… Mais Charline trouvait toujours quelque chose à s’occuper. Et là elle avait quand même un peu envie de sortir notre riche millionnaire de sa migraine et ennuie infernale… Sinon il n’allait même pas survivre une journée complète ici. D’un coup sec, Charline terminait sa tasse. « Allez venez, ne restons pas ici. Terminez. On va faire partir votre migraine. » Elle remit sa veste. Et une fois dehors, elle se mit en route. Il y avait un vieux château en dehors de la ville à quelques kilomètres. L’endroit était interdit, mais adolescente elle avait bien aimé s’y cacher. Elle montrait du doigt la voiture de location. « Montez. » Quelques minutes plus tard, elle se garait sur l’allée. Le château était abandonné depuis des années, certains endroits étaient très dangereux, et sur le point de s’écrouler. Mais Charlie n’avait jamais eu peur de rien. Elle fermait sa voiture à clé, et allait vers le grillage, elle le suivait jusqu’à arriver près d’un trou d’environ un mètre de haut. Tout en passant à travers, elle continuait sur sa lancée. « Ne vous fiez pas aux apparences, je suis sure que vous allez appréciez l’endroit. » A vrai dire elle n’en savait rien, elle ne le connaissait pas du tout. Mais généralement l’endroit plait. Même si il est dangereux et froid, on pouvait parfaitement s’imaginer l’élégance qu’il avait dû avoir. Arrivée dans le château, elle allait déjà faire l’escalier. « Alors évitez le nr 5 et 18. Vous passez directement à travers. »

Rien n’avait changé… Elle montait les marches de la même rapidité qu’à l’époque, comme ci ses pieds se souvenait encore parfaitement ou il fallait marcher. Finalement ils arrivaient dans une pièce qui avait dû être une chambre. Les meubles étaient encore intacte. On pouvait parfaitement s’imaginer comment les gens vivaient à cette époque-là. Il n’y avait pas de vandalisme à Red Hollow alors aucune marque de graffiti. Et peu de gens osaient s’aventurer ici, c’était soi-disant hanté. Charline allait mettre un peu de bois dans la cheminée pour avoir un peu plus de lumière et surtout de la chaleur. « C’était le seul endroit où on peut parler librement et faire ce dont on a envie…. « Elle se laissait tomber sur le lit, et toussa légèrement à cause de la poussière. « Rah… A chaque fois j’oublie que je déteste la poussière. » Cependant en venant ici, Charline comprit enfin la raison pourquoi elle aimait tant venir ici…. Les grandes dames du royaume, la cour… Elle avait toujours voulu être une d’entre elle… Adolescente elle n’avait pas compris. Aujourd’hui si… Ce sentiment ne venait pas d’elle… pas de cette vie-ci en tout cas. C’était l’ancienne Charline….

Code by Sleepy



Charline DeckerI know you. I walked with you once upon a dream. I know you. That gleam in your eyes is so familiar. I walked with you once upon a dream.  
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 97 depuis le : 15/12/2016

âge : 35
métier : PDG de sa firme
statut & orientation : fiancé par obligation


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Ven 6 Jan - 23:30



"Let it snow "

Charline Decker – Matthews O'Neal




J'aurais bien aimé en placer une, mais au final les questions étaient restées sans réponse et je me retrouvais plongé dans un passé don je me serais bien passé. Les marches d'un château en ruine me ramène dans des lieux bien différent, mais tout autant charmant. J'aurai pu ne pas la suivre, mais son entrain m'avait décidé à quitter ce bar miteux pour découvrir l'amie de Crystal. C'était étrange comme elles étaient si différentes l'une de l'autre et pourtant quelque chose me démange depuis un bon moment.Je m'attarde, les mains dans les poches de mon cuir et visite les lieux. En posant ma main sur le mur je me sentis parler sans le vouloir :

"- Le malheur de ta fille au tombeau descendue
Par un commun trépas, Est-ce quelque dédale où ta raison perdue
Ne se retrouve pas, Je sais de quels appas son enfance était pleine,
Et n’ai pas entrepris, Injurieux ami, de soulager ta peine
Avecque  son mépris. Mais elle était du monde où les plus belles choses
Ont le pire destin, Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L’espace d’un matin. Puis, quand ainsi serait que, selon ta prière,
Elle aurait obtenu, D’avoir en cheveux blancs terminé sa carrière,
Qu’en fût-il advenu ?
Penses-tu que plus vieille, en la maison céleste, Elle eût eu plus d’accueil ?
Ou qu’elle eût moins senti la poussière funeste, Et les vers du cercueil ?
Non, non, mon Du Périer, aussitôt que la Parque, Ôte l’âme du corps, L’âge s’évanouit au deçà de la barque, Et ne suit point les morts.
"


Un vieux poème me revenait en mémoire... Mes doigts me brûlaient et me fit revenir dans le présent. Mes yeux papillonnèrent un peu, puis se posèrent sur la jeune femme face à moi.

"- Ce ne sont pas les questions qui font le plus peur, mais les réponses " lâchais-je en soupirant. "- Il suffit de peu pour se prendre les pieds dans un fil invisible et vous faire chuter... " je repense à tellement de choses, de mon passé, celui qui appartient au présent. Je secoue la tête vivement et souris. "- Vous avez raison, je ne suis pas à l'aise dans cette... ville. Même si j'ai vécu dans un petit village en Irlande, il était bien plus accueillant que ce dernier. " continuais-je en me disant de ne pas trop en dire non plus sur ces terres. Je l'observe, elle est si pleine de vie, pleine de vivacité, riant, souriant... Je me dis que si Crystal pouvait être ainsi... je serais capable de plus la concernant, mais nous étions parti d'un mauvais départ et il prenait le chemin où un mur insurmontable allait nous écraser si nous n'y prenions pas garde... Ma migraine était passée depuis un moment déjà. L'air frais et pur m'avait aidé, mais aussi le fait de n'être plus dans la ligne de mire de Crystal ou de sa mère, peu importe.

"- J'aime découvrir la richesse de notre passé, comme ce lieu, j'aime également monter à cheval, même si cela fait longtemps. Je pratique pas mal de sports pour m'entretenir, mais j'avoue que mes passe-temps sont plutôt restreint. Le boulot ne se fait pas tout seul, ce n'est pas parce que je suis à la tête d'une multinationale que je dois me dorer les pouces au soleil, comme ici " lâché-je en souriant de plus belle. Ma paume se posait instinctivement par endroit sur les pierres. L'humidité était présente, mais chacune de ces pierres avaient une âme. Un peu comme notre corps qui retient celle d'avant, et encore d'avant... Je regarde au dehors, constatant que oui, il n'y a personne au moins... à des kilomètres? Que désirez-t-elle faire ici ? J'espère juste qu'elle ne va rien tenter, je suis tout de même le fiancé de sa meilleure amie !

"- Vous êtes toujours aussi intrépide ? Ce n'est pas un reproche, juste une constatation en fait. " demandé-je en me rapprochant de la blonde. "- Comment connaissez-vous cet endroit ? " demandé-je rapidement.


Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 62 depuis le : 11/12/2016

âge : 29 ans
métier : informaticienne, hackeuse
statut & orientation : fiancée & bisexuelle


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Sam 7 Jan - 14:17



"Let it snow ! "

Parce que vivre loin de ses amis et de ses repères, c’est prendre le risque de se perdre.- Desperate Housewives



Charline l’observait alors qu’il récitait un poème. Dans d’autres circonstances elle l’aurait pris pour un drôle de type. Mais au stade où elle en était dans sa vie, avec son passé de délires venant d’un siècle passé… elle ne pouvait plus se surprendre de grand-chose. Elle ne connaissait pas le poème, cependant la manière d’utiliser certaines phrases, le vocabulaire… cela lui rappelait le 16ième. « C’est joli… c’est un poème du 16ième non ? » Certes il y avait des choses qui lui venaient à l’esprit, mais cela ne lui suffisait pas. Elle voulait tout savoir, tout connaitre sur son passé… Crystal avait parlé d’un hypnotiseur… ça pourrait peut-être fonctionner. Peu importe les réponses. Tant qu’elle connaissait la vérité. « C’est vrai… toute vérité n’est pas bonne à savoir… Mais se laisser guider par la peur…. Avoir peur de tomber, de faire une chute…. De répondre ou de connaître certaines vérités.. Ah je ne sais pas… Ça me donne l’impression qu’on n’essaie pas de vivre réellement… qu’on ne profite pas assez de cette vie… qui est toujours trop courte. » Son ancienne vie l’avait assez causé des problèmes dans l’enfance et l’adolescence, Charline ne souhaite pas revivre tout ca. Elle avait décidé de découvrir la vérité et de ne pas se laisser abattre par celui-là.

Red Hollows. Charline détestait la ville et elle ne s’en était jamais caché. Mais certaines personnes aimaient l’endroit. « Disons que Red Hollow est assez particulier… soit vous vous faites acceptés et il y a une chance d’aimer le coin… Ou alors vous êtes traités telle qu’un inconnu et dans ce cas-là vous n’allez jamais aimé Red Hollow. » Pas besoin de dire dans quel camp elle se trouvait. Quant à Matthews… Ca dépendait… Les westenra étaient plutôt bien vu, donc il se peut qu’il finisse par être accepté ou pas… Au fond est-ce que cela avait une quelconque importance ? Il n’aimait pas le coin. Et ça fit bien marrer Charline car il était tout le contraire de Crystal. Comment ces deux-là arrivent-ils à s’aimer ? « Au moins vous avez la charmante compagnie de votre assistante pendant que vous travaillez… » Bien sûr qu’elle savait. Charline était la confidente de Crystal, alors quand celle-ci avait quitté son job d’avocat, elles s’étaient retrouvées autour d’un verre dans un bar à New York. La seule chose que surprenait toujours Charline, c’est qu’elle n’a pas gardé boulot et privé séparé. Mais tant mieux, si elle avait enfin trouvé quelqu’un qui l’aime et qui arrive à la soutenir. « Cependant je pense que vous devez apprendre à vivre le moment présent et profiter de la vie… vous connaissez ma philosophie… La vie est toujours trop courte pour avoir des regrets. »

Charline sourit et le fixe du regard « Je prends ça plutôt comme un compliment. » Comment avait-elle découvert l’endroit ? Oh ce n’était pas si difficile. Enfant solitaire, on finit par connaître les lieux par cœur, surtout on apprend à  aimer les endroits calmes. Pointant l’escalier du doigt. « Si vous montez dans la tour, vous avez beaucoup de chance de capter… c’était l’endroit où je venais avec mon ordinateur portable pour surfer. Et c’est un des rares endroits ou la connexion ne vous file pas tous les minutes sous les doigts… croyez-moi… j’ai testé tous les endroits possibles. »  Sans trop attendre, elle lui prit la main et l’entrainait vers l’escalier. Charline était très tactile comme fille. N’ayant jamais eu beaucoup d’amis, elle avait tendance à les prendre un peu trop vite par la main, ou encore trop vite mettre sa main sur leur épaule… Mais c’était Charline tout craché. Arrivé en haut, elle lui lâchait la main et allait se mettre près de la fenêtre. De là, la vue était encore plus magnifique. C’était un des rares endroits qu’elle aimait dans les environs. « Je venais ici quand j’étais gamine. J’étais très solitaire à l’époque et je n’avais que très peu d’amis. Alors je préférais la solitude et la compagnie des fantômes. Je n’aimais pas la foule et ce château abandonné était donc le seul endroit où je pouvais rester pendant des heures sans devoir avoir peur du regard des autres.  » Voilà comment elle avait découvert l’endroit. Son regard se tournait vers le sien. « Et quelque chose me disait que vous avez besoin de ce genre d’endroit…. »


Code by Sleepy


Charline DeckerI know you. I walked with you once upon a dream. I know you. That gleam in your eyes is so familiar. I walked with you once upon a dream.  
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 97 depuis le : 15/12/2016

âge : 35
métier : PDG de sa firme
statut & orientation : fiancé par obligation


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Ven 13 Jan - 21:10



"Let it snow "

Charline Decker – Matthews O'Neal




"- Un poème ? Oui, je crois " dis-je en me frottant l'arrière du crâne. J'apprécie ce petit bout de femme, elle est vive d'esprit, enjouée, bref cela me fait du bien. Je soupire, puis inspire profondément. Je ressens les lieux comme si j'étais déjà venu, ce qui est impossible, mais j'aime à croire que cela aurait pu être le cas, pas vrai ? Je l'écoute avec attention, m'approchant de certains points de vue afin de découvrir ce qui semble la fasciner. Quelque chose me fait tiquer.

"- L'impression qu'on n'essaie pas de vivre réellement ? Je ne fonctionne pas de cette façon. Avoir peur ne doit pas être présent, il suffit de savoir ce que l'on veut. Le reste vient par la suite " commencé-je en m'approchant de la fenêtre. "- La vérité ne doit pas être cachée par un mensonge, ni même une omission " dis-je en me souvenant du pourquoi j'étais venu ici, dans ce pays glacial. C'était pour connaître plus sa famille, afin d'être près pour le jugement, dans quelques semaines. "- Red Hollow est tout à fait ce que je n'aime pas, pas de vie, des regards fuyants ou méfiants, je préfère New York car on peut y passer presque inaperçu " dis-je en lui lâchant un clin d'oeil.

Il était clair que je ne passais pas et ne passe pas inaperçu. Ma tête se retrouve sur la plupart des tabloïds, à la une dès que l'une de mes entreprise fait du profil, donne aux bonnes oeuvres entre autre. "- Je ne compte pas chercher l'approbation de tout le village, juste celle des parents de Crystal, rien de plus. " De toute manière, je ne compte pas m'éterniser non plus. Nous étions là pour le mariage de sa cousine, que je fasse connaissance avec sa famille avant de leur balancer que nous allions nous marier et la suite ? Il n'y en aurait pas, en tout cas pas plus que ce que nous montrerons au fur et à mesure des jours qui vont passer. En fait, cela va même être plus difficile que prévu, car si je ne peux pas l'approcher, cela risque de poser problème lorsque je demanderai sa main à son père. N'empêche, mentir un peu plus pour la couvrir, c'est elle qui devrait me remercier.

"- Vous savez, je ne cherche pas à me faire aimer, que ce soit ici ou ailleurs. Je travaille pour faire en sorte que certains puissent s'en sortir dignement. Être populaire ne m'attire absolument pas. " dis-je sincèrement. Ma popularité me sert uniquement pour les intêrets de la fondation. À savoir pour les pays d'Afrique. Je me penche sans appuyer sur les murs, je n'ai pas confiance en ces pierres qui paraissent fortes et pourtant pourraient s'effriter en un clin d'oeil. Je ferme les yeux, sentant un vent s'engouffrer par l'embouchure de la fenêtre. Cela me fait sourire malgré tout. Mon téléphone sonne à plusieurs reprises. Je fronce les sourcils en me disant que cela doit être urgent. "- Excusez-moi "dis-je en me reculant et me mettant un peu plus loin. Je sors mon appareil et fronce les sourcils encore plus. Il ne s'agit pas de plusieurs appels, mais d'un nombre incalculable de messages et mail qui arrivent. Je soupire.

"- Ok, je comprends mieux... " murmuré-je plus pour moi-même que pour Charline. "- Vous aviez raison, le réseau est parfait ici Charline. " dis-je en répondant le plus vite possible aux messages urgent. Je récupère el dossier sur ce que j'avais demandé sur Crystal, use de mon code secret pour le bloquer et referme mon téléphone pour le remettre dans ma poche. "- Désolé, le travail me poursuit partout où je suis. " Je reviens à ses côtés et me dit que bientôt cela ira mieux. "- Vous aviez raison, une fois de plus, cet endroit est très bien, loin de tout et pourtant il est reposant. " J'inspire profondément, oui je me sens presque apaisé, plus de Crystal avec qui nous nous disputons régulièrement depuis que nous avons pris mon avion, plus de parents qui me posent tant et si bien de questions que je ne sais même plus par où commencer. "- Merci " dis-je simplement. Oh oui, merci pour cet espace, pour ce temps consacré à ne pas me poser d'innombrables questions, merci à sa joie et sa simplicité. Je dois avouer que cela fait un bien fou. "- Alors, c'est quoi votre histoire ? " demandé-je doucement sans la regarder, le visage offert aux éléments.

Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 62 depuis le : 11/12/2016

âge : 29 ans
métier : informaticienne, hackeuse
statut & orientation : fiancée & bisexuelle


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Sam 14 Jan - 0:16



"Let it snow ! "

Parce que vivre loin de ses amis et de ses repères, c’est prendre le risque de se perdre.- Desperate Housewives



L’accord des parents de Crystal ? « Oh, je suis sure que vous ne devez pas vous inquiéter pour ça. Si ils remarquent que vous aimez leur fille, ils vont très vite vous accepter. Ce sont des gens biens. » Charline avait passé pas mal de temps chez les Westenra, du coup elle savait de quoi elle parlait. Il n’essayait pas de se faire aimer. Mmm, c’est admirable. Charline non plus n’essayait pas à se faire aimer, de toute manière vu sa réputation de folle dingue… ça ne risquait pas d’arriver. Et puis elle aimait trop jouer la garce pour changer d’attitude. Mais elle devait bien avouer que Crystal semblait avoir tiré un excellent lot. Si au début, elle pensait que c’était pour le look et l’argent, là elle pouvait dire qu’il y avait aussi de la bonté dans ce mec. Oui, il semblait qu’elle avait réussi à trouver une perle rare. C’était bien. Alors qu’il vérifiait ses mails, Charlie en profitait pour examiner les alentours. Elle sourit quand il la remerci. « Mais de rien… je connais que trop bien le sentiment d’oppression que Red Hollow peut créer chez quelqu’un. » Avec la neige, la vue était tout simplement sublime. Et c’était surement une des rares choses que Charline pouvait apprécier dans cette ville.

Finalement quand il eut fini de vérifier ses mails, Charlie retournait son regard vers lui. Son histoire ? « Y a pas grand-chose à dire. Je suis née ici, mes parents sont morts dans un accident de voiture et j’ai été élevé par ma grande sœur, qui est d’ailleurs le maire de cette ville. Elle adore cette ville et moi je déteste cette ville… dès que j’ai pu, je me suis envolée afin de faire des études et de pouvoir travailler à New York. » Elle évitait de lui dire qu’elle avait toujours été un enfant perturbée et qu’elle avait des cauchemars et ceci même en pleine journée. Si il demandait, elle lui dirait. Ce n’est pas son genre de cacher des choses. Puis de toute manière, ici tout le monde se souvient bien de l’enfant perturbé que sa sœur a même envoyé chez le psy de la ville… donc cacher ceci serait ridicule. Et puis aujourd’hui, Charline savait que tout cela venait de son autre vie.  Avant elle ignorait d’où cela venait. Aujourd’hui elle en était sure. « Vous aimez Crystal ? » Ah, en tant que meilleure amie, il aurait bien dû se deviner que cette question allait venir. Charlie avait peut-être dit qu’elle n’allait pas le harceler avec des questions, mais elle avait déjà  eu sa réponse de sa meilleure amie. Maintenant elle voulait avoir la réponse de lui. Fallait pas que Crystal sort blessé d’une relation. « Pas besoin de vous dire à qui vous risquez avoir affaire si jamais vous lui faites du mal. » Charline était sérieuse, mais malgré ca un sourire échappe de ses lèvres. « D’ailleurs… j’ai proposé à Crystal de fêter nouvel ensemble. Vous deux et moi et mon fiancé. Elle allait vous en parler afin de savoir ce que vous en pensez… »


Code by Sleepy


Charline DeckerI know you. I walked with you once upon a dream. I know you. That gleam in your eyes is so familiar. I walked with you once upon a dream.  
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 97 depuis le : 15/12/2016

âge : 35
métier : PDG de sa firme
statut & orientation : fiancé par obligation


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Sam 28 Jan - 23:49



"Let it snow "

Charline Decker – Matthews O'Neal




"- Elle adore cette ville, oui je l'avais bien compris. Par contre j'avoue que pour ma part, j'aurai du mal à m'y faire. "

C'était véritablement vrai. Ce pays n'était pas le mien, mais ce coin perdu était pire que tout. Je soupirais en repensant à tout ce qui s'était passé depuis notre arrivée. Oui, sa mère m'adorait, je le voyais bien, le sentais aussi. Etant le premier homme qu'elle amenait, forcément j'allais être pris e étau. Je n'avais pas envie de souffrir mille maux et encore moins de me retrouver entre deux feux.

"- Je ne les connais que depuis quelques heures, mais oui ils m'ont l'air très bien " Cela aussi c'était vrai. Ses parents sont très gentils, tout autant que les miens. Acceptant un homme sous leur toit sans avoir d'appréhension. Notre histoire tenait la route, le grand milliardaire qui était tombé sous le charme de leur fille avocate. Je tiquais un peu sur ce sujet, mais un jour ils sauront qu'elle leur a menti. Pas par moi, c'était certain, mais tout se sait. Elle devrait le savoir. J'avais écouté son histoire, simple mais facile à comprendre. L'envie de liverté, de voler de ces propres ailes. Rien d'autre à redire. Je n'avais toujours pas répondu à sa question sur le fait d'aimer ou non Crystal. Je laissais un sourire en coin en la regardant par en-dessous.

"- Comme si j'ai peur de vous " dis-je en haussant un sourcil, lâchant un sourire éclatant. "- Quant au nouvel an, nous n'en avons pas encore discuté, puisque je ne l'ai pas revu depuis notre arrivée. Enfin je veux dire,  " commençé-je en me rattrapant vite "- Nous avons déjeuné avec ses parents et elle est aprtie rapidement, pour vous retrouver. Elle a dû rentrer tandis que moi je suis venu en ville, tout simplement. " et puis nous ne pasions pas notre vie à nous envoyer des messages si c'était ce qu'elle pensait. "- Je ne sais pas si nous seront encore là, j'ai beaucoup de travail. M'échapper pour venir au mariage est plutôt juste, surtout que le réseau est si bien fourni que je ne pourrais probablement pas mettre à jour certains contrats, sauf à venir ici avec mon ordinateur au milieu de ces pierres" je réponds en souriant. C'était un problème qui allait devoir être résolu rapidement. Et puis passer le réveillon de la nouvelle année, signifiait le baiser de la nouvelle année. Il faudrait que je mette les couteaux très loin d'elle pour éviter de me retrouver avec un en plein coeur. Je suis courageux mais pas téméraire et encore moins fou.

Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 62 depuis le : 11/12/2016

âge : 29 ans
métier : informaticienne, hackeuse
statut & orientation : fiancée & bisexuelle


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Dim 29 Jan - 15:59



"Let it snow ! "

Parce que vivre loin de ses amis et de ses repères, c’est prendre le risque de se perdre.- Desperate Housewives



Charline l’observait. Il n’avait pas répondu. Soit parce qu’il ne voulait pas dire une telle chose à la meilleure amie de sa copine, pour la simple raison qu’il n’en était pas encore là dans leur relation. Soit… Et bien non y avait pas d’autre option. L’amour c’est soit un oui soit un non. On ne pouvait pas être avec quelqu’un sans savoir quoi ressentir à son égard. Elle sourit. « Faudrait pourtant vous méfier… Je ne suis pas aussi gentille que j’en ai l’air. » Si elle le voulait, elle pouvait faire mal. Elle avait un caractère très vindicative, donc mieux fallait pas lui faire du tort, ou à quelqu’un qu’elle aime, aux risques d’avoir des représentais pas très classes. Et cela de manière sans devoir lui salir trop les mains. Charlie était une hackeuse, elle pouvait facilement dépasser certaines limites tout en évitant d’être repéré. Mais elle espérait quand même ne pas devoir en arriver là. Car au fond elle aimait bien Matthews. Et sincèrement elle espérait que cela pouvait marcher entre lui et Crystal.

Quant au nouvel an. Charline secoue doucement la tête. « Mais vous êtes vraiment incroyable… Le boulot, le boulot et encore le boulot. Je ne sais pas qui entre vous deux est le plus terrible. La nouvelle année cela ne se fête qu’une fois par an… D’autant plus que je n’ai jamais dit qu’on devait le fêter ici, on peut très bien le fêter ensemble à New York « Mais il fallait peut-être qu’elle arrête de trop insister, peut-être que Crystal et lui voulaient être rien qu’eux deux pour fêter le début de 2017 ? Charline pose un regard sur sa montre. « Faudrait peut-être retourner en ville.. je ne veux pas vous retenir toute la journée ici, alors que Crystal vous attend surement. »

Code by Sleepy


HJ : The end?


Charline DeckerI know you. I walked with you once upon a dream. I know you. That gleam in your eyes is so familiar. I walked with you once upon a dream.  
Revenir en haut Aller en bas


Membre
messages : 97 depuis le : 15/12/2016

âge : 35
métier : PDG de sa firme
statut & orientation : fiancé par obligation


MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   Dim 29 Jan - 16:53



"Let it snow "

Charline Decker – Matthews O'Neal




Je n'aime pas être observé à la loupe, même si j'en ai l'habitude, mais là, il s'agit de la meilleure amie de Crystal et mentir un petit peu serait mentir réellement ? Je ne sais pas ce que je ressens pour elle, c'est fort et puissant, mais est-ce de l'amour ? Est-ce que ce ne serait pas plutôt une réminiscence du passé ? Je baisse la tête sans savoir quoi dire. Puis hoche la tête par l'affirmative. Oui, rentrer serait mieux. Rester ici avec sa meilleure amie faisait mauvais genre.

"- On ne connaît jamais vraiment les gens tant qu'on a pas vécu avec " dis-je en avançant jusque vers l'escalier. Je descends tranquillement, faisant attention aux fameuses marches qu'il vaut mieux éviter. "- Vous savez, la nouvelle année ce n'est qu'une date, mais si c'est important pour Crystal de le fêter ici, nous resterons. Par contre nous devrons partir le lendemain, je ne pourrais pas éternellement faire patienter nos clients. " dis-je en souriant.

Un bon compromis, pas vrai ? J'avance jusqu'à la voiture, jetant un dernier coup d'oeil aux bâtiments. Je n'aime peut-être pas cette ville, mais j'aime ce que je vois en ce moment.

"- Merci pour la ballade, je dois rentrer sinon je risque d'y laisser des plumes " lâché-je en souriant.




C'est tout bon pour moi, on peut le clôturer Smile
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Let it Snow - Matthews & Charline   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let it Snow - Matthews & Charline
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dessin de Snow'
» Présentation de Dark'Snow Day
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Ann Snow
» Dashing through the snow...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
How You Remind Me ::  :: Central Red :: Pharmacie-
Sauter vers: